Zest dévoile les résultats de son enquête « Happiness at work »

Zest dévoile les résultats de son enquête « Happiness at work »
Rate this post

Zest dévoile les résultats de son enquête « Happiness at work »

Zest, la solution web qui libère la parole des collaborateurs et Severine Daniel, Chief Happiness Officer, ont mené une large étude auprès d’une centaine de dirigeants français de PME. Au programme, le bonheur au travail et l’émergence du « Chief Happiness Officer ». Premier bon point : 84 % des dirigeants mettent déjà en place des actions pour encourager le bien-être dans leur entreprise. Zoom sur des résultats encourageants.

Le sujet du bonheur au travail a pris beaucoup d’ampleur ces dernières années. Dans ce contexte, Zest propose une solution qui a pour objectif d’aider les entreprises à renouer le dialogue entre collaborateurs et managers. Depuis plus d’un an, près d’une vingtaine d’entreprises ont ainsi réussi à décloisonner et redynamiser leur management en « prenant le pouls » de leurs salariés. Mais que pensent concrètement les dirigeants de cette notion de bien-être en entreprise ?

88 % des dirigeants de PME admettent que l’implication et l’engagement des salariés impactent la performance

Le « Happiness at work » parle au plus grand nombre. Les dirigeants semblent être convaincus qu’un bon management et une bonne ambiance de travail sont les clés du bien-être de leurs salariés. 9 sur 10 sont convaincus que le manque d’engagement de leurs équipes impacte fortement leur chiffre d’affaires. 

Par ailleurs, 76 % des dirigeants estiment qu’une mauvaise ambiance de travail est due avant tout au management. Seuls 19 % d’entre eux pensent qu’elle provient de l’esprit des salariés. Ces chiffres confirment les conclusions de nombreuses études selon lesquelles les collaborateurs quittent leur entreprise en premier lieu en raison de leur manager.

Le bien-être des salariés, une notion de plus en plus importante pour les chefs d’entreprise

Parmi les principaux défis des dirigeants de PME d’aujourd’hui figure l’entretien de la motivation des salariés. Si 100 % de ceux-ci accordent de l’importance au bien-être de leurs équipes, 84 % mettent des actions en place pour « booster » leur motivation.

Toujours d’après cette enquête, l’épanouissement des collaborateurs passe avant tout par une bonne ambiance au travail mais aussi par un bon management et une communication interne efficace.

Quelles sont les clés d’un bon management ? Pour les dirigeants, le podium gagnant est le suivant : 

– Définir des objectifs clairs 
– Travailler en confiance et en transparence 
– Responsabiliser ses équipes

Le Chief Happiness Officer, une nouvelle fonction clé dans l’entreprise

Avec l’essor du numérique, de nouveaux métiers voient le jour. Parmi les plus en vogue, le Chief Happiness Officer. Ce dernier a pour mission de favoriser le bien-être des salariés au travail, en étant à leur écoute, en organisant des évènements ou encore en gérant la communication interne.

Parmi les 100 dirigeants questionnés, 73 % connaissent déjà cette fonction. D’autre part, qu’ils en aient entendu parler ou non, pour 88 % d’entre eux, la notion qu’elle sous-entend est importante et intéressante.

Mais alors, quels sont les rôles principaux d’un Chief Happiness Officer ? Les dirigeants sondés élisent en majorité l’accompagnement sur les méthodes de travail. Viennent ensuite les notions d’amélioration de la communication interne et de l’écoute des collaborateurs.

Ainsi, 64 % des répondants jugent que le Chief Happiness Officer permettrait d’améliorer la performance de l’entreprise. En majorité, les dirigeants estiment qu’il doit occuper une position transverse, tel un médiateur à l’égard des salariés : neutre et impartial afin de garantir une totale confidentialité.

Alors, qui est le garant du bonheur en entreprise ?

Les dirigeants de PME françaises voient donc une corrélation entre bonheur au travail et performance de l’entreprise. Il est de plus en plus établi qu’un salarié heureux est plus performant et plus engagé, que les entités dans lesquelles les employés sont épanouis sont les plus productives. CQFD ! 

Mais alors qui peut entretenir ce bien-être ? Cette enquête démontre qu’il s’agit avant tout d’un travail collaboratif, où chaque poste à son rôle à jouer. La clé repose sur une réelle transparence et des échanges constants entre la Direction, le Chief Happiness Officer, les RH… et bien-sûr les salariés.

The following two tabs change content below.
Consultant innovateur dans le domaine des RH et des TIC, Stéphane Poignant décrypte via sa plateforme, l’impact du digital et du numérique sur la fonction RH. Concepteur, formateur au CEPRECO (CCI de Lille), chez IFOCOP, CESI, PIGIER, il est chargé d'enseignement au CNAM de Lille. Stéphane Poignant a créé et a animé Indice RH, site Média de référence dans les Ressources Humaines durant une dizaine d’années.

Auteur de l’article : universityrh

Consultant innovateur dans le domaine des RH et des TIC, Stéphane Poignant décrypte via sa plateforme, l’impact du digital et du numérique sur la fonction RH. Concepteur, formateur au CEPRECO (CCI de Lille), chez IFOCOP, CESI, PIGIER, il est chargé d'enseignement au CNAM de Lille. Stéphane Poignant a créé et a animé Indice RH, site Média de référence dans les Ressources Humaines durant une dizaine d’années.

Laisser un commentaire