Les « Tops » et les « Flops » des métiers de l’IT et du Digital : Biz Dev digital et Product Owner, métiers en devenir

Les « Tops » et les « Flops » des métiers de l’IT et du Digital : Biz Dev digital et Product Owner, métiers en devenir
5 (100%) 1 vote

clementine jobsBiz Dev digital et Product Owner – Clémentine, le cabinet de recrutement référent dans la recherche de profils IT et Digital, a compilé l’ensemble des postes pour lesquels ses consultants ont été sollicités tout au long des 12 derniers mois afin de dresser un panorama des profils les plus recherchés aujourd’hui et, à leur opposé, des postes en perte de vitesse.
Pour la quatrième année, le cabinet Clémentine effectue son classement des postes les plus demandés dans les secteurs du web et de l’informatique.

Pour rappel, en janvier 2016, Clémentine consacrait dans son palmarès :
  : Data scientist, Web analyst, Expert en sécurité informatique (cybersécurité), Data owner, Chief data officer, Responsable des médias sociaux.

  : Data miner, Knowledge manager, Administrateur réseaux/base de données, Intégrateur web, Ingénieurs et Techniciens télécoms (confirmation 2013-2016)

 Les « tops » de l’emploi de l’IT et du Digital en 2017

 Biz Dev digital

En charge d’assurer la croissance de l’entreprise, le Business Developer s’impose comme un acteur central du paysage start-up. À la manière d’un chevalier 2.0, son objectif premier est de conquérir de nouvelles parts de marché et d’acquérir de nouveaux clients. Le contexte étant à l’optimisme, avec de nombreuses opportunités commerciales, les start-ups et scale-up ont effectué de plus en plus de levées de fonds et alloué un budget plus conséquent aux Business Developers ; les agences et autres éditeurs de solutions ont fait de même. Le métier, stimulant, dynamique et évolutif implique beaucoup de rencontres et ce, quel que soit le secteur concerné (retail, travel, banque, auto …). Enfin, selon la taille de la société, le Business Developer a la possibilité d’agir sur un large scope (chasse, account management, suivi, conseil…) et d’intervenir auprès de nombreux interlocuteurs (communication, marketing, direction…).

  Son salaire : de 40 à 60K € pour un profil junior et jusqu’à 80K € selon l’expérience, avec également des variables complémentaires allant de 30% à 100% du fixe.

Product Owner

Dans un environnement IT, le Product Owner gère une équipe de production en charge de la conception et de la fabrication du produit, et peut faire partie d’une équipe de SCRUM. Il travaille le plus souvent directement sous les ordres du Scrum Master. S’il travaille chez un prestataire (agence digitale par exemple), il agit le plus souvent seul sur un projet avec un fort rôle d’animation clients / équipe de développeurs. En raison de la montée en puissance des produits et services digitaux sous la forme de plateformes en ligne, le Product Owner tend aujourd’hui à remplacer l’AMOA. Il dispose aussi d’une plus large matière à travailler au vu du nombre croissant de devices à étudier (desktop, mobile, tablette…) lesquels évoluent rapidement et réclament de nouvelles fonctionnalités.

  Son salaire : 45 à 50K €, pour un profil junior (Product Owner) ; 65 à 70K € pour un profil intermédiaire (Product Manager) et jusqu’à 90 à 100K € pour un profil confirmé (CPO).

SEO Manager

En raison de la quantité toujours plus grande de sites web lancés quotidiennement, le poste de SEO est toujours en vogue et les profils de qualité sont nombreux. En charge d’optimiser le positionnement et l’indexation d’un site web dans les moteurs de recherche, sur internet et sur mobile, il a pour mission d’assurer une visibilité maximale du site en suivant les évolutions des algorithmes des principaux moteurs sur lesquels tous se disputent une même visibilité (Google, Bing, Yahoo, Baïdu, Yandex…).

  Son salaire : 40 à 50K €

Responsable sécurité data

La sécurité demeure un enjeu majeur de la transformation digitale pour les entreprises en 2017 ; toutes se sentent concernées et se veulent à la pointe de la protection de leurs données tout en satisfaisant aux exigences des législateurs (le poste de Responsable Sécurité Data s’inscrit par ailleurs dans le cadre de la GDPR (RGPD) qui vise à mieux protéger les données des clients). Aussi les salaires des experts en cybersécurité tendent-ils à s’envoler.

  Son salaire : 90 à 110K €. Variable allant de 2K € à 20K € selon les entreprises.

Architecte Cloud

Le Cloud traverse une phase de fort développement et convainc de plus en plus de clients en raison des nombreux avantages qu’il offre (coûts, facilité d’utilisation, prise en charge externe…). Les acteurs proposant un service Cloud se multiplient et la concurrence se fait sentir (Orange, OVH, Free…) ; il devient donc impératif de recruter des profils capables de prendre le sujet en main afin de proposer des solutions adaptées et concurrentielles. Les Architectes Cloud pouvant mettre en place des Cloud privés, publics ou hybrides sont ainsi très recherchés.

  Son salaire : 80 à 90K €, pour un profil junior ; 130 à 150K € pour un profil confirmé ; variable pouvant aller jusqu’à 20K €.

  Les « flops » de l’emploi de l’IT et du digital en 2017

 CDO (Chief Digital Officer)

L’intitulé de poste CDO a pu être attribué à beaucoup de profils ayant une approche disruptive et/ou de digitalisation au sein d’une enseigne ; la séniorité étant variable selon que le CDO doive arbitrer et initier des projets ou plus simplement piloter leur réalisation. Ses tâches, variables, auront tendance à répondre au plus près des besoins de l’entreprise. À savoir que s’il fait bien son travail, le CDO est appelé à disparaître pour évoluer vers un autre poste en accord avec les besoins émergents – ce qui est déjà en train de se produire. Enfin, son salaire varie fortement en fonction des réalités qu’il recouvre, il dépend non seulement de la taille de la structure intégrée mais également de la position hiérarchique occupée (le CDO peut appartenir au comité de direction, comme être logé dans une direction IT ou Marketing traditionnelles) ; du niveau d’influence qu’il détient et enfin de l’impact d’orientation.

  Son salaire : 60 à 300K € selon profil

BI

Le Business Intelligence voit son poste remodelé pour répondre aux nouvelles fonctions des métiers issus du Big Data qui prennent plus d’ampleur et dans lesquels les entreprises ont investi davantage. Auparavant le BI pouvait piloter son projet sans obstacles majeurs mais aujourd’hui cela n’est plus possible. Les services qu’offre le BI ne répondent plus aux besoins émergents, raison pour laquelle il a tendance à évoluer dans une direction orientée Big Data pour adapter ses fonctions et ses compétences à la demande du marché.

Son salaire : 40-70K € fixe. Peu de variable pouvant néanmoins aller jusqu’à 10%.

Responsable data center

Plutôt que centraliser leurs données, les clients préfèrent désormais s’orienter vers les services Cloud qui se démocratisent un peu plus chaque jour. Aussi, en raison des nombreux avantages offerts par cette solution, les clients délaissent-ils les services du Responsable Data Center, devenus, comparativement, trop coûteux.

Son salaire : 60 à 80K € selon profil

 

The following two tabs change content below.
Consultant innovateur dans le domaine des RH et des TIC, Stéphane Poignant décrypte via sa plateforme, l’impact du digital et du numérique sur la fonction RH. Concepteur, formateur au CEPRECO (CCI de Lille), chez IFOCOP, CESI, PIGIER, il est chargé d'enseignement au CNAM de Lille. Stéphane Poignant a créé et a animé Indice RH, site Média de référence dans les Ressources Humaines durant une dizaine d’années.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.