wordcloud-digital

Revue de presse – Digital RH – Transformation digitale

Revue de presse – Digital RH – Transformation digitale
5 (100%) 1 vote

Comment mettre en place une veille RH digitale ? Par Caroline Vincelet – Focus RH

Un article pour faire le tour des outils stratégiques et pratiques à utiliser pour rendre visible votre entreprise auprès de vos meilleurs candidats et collaborateurs….

Pourquoi mettre en place une veille digitale RH ?

En tant que recruteur ou responsable des ressources humaines, votre mission est d’attirer et retenir les meilleurs collaborateurs dans votre entreprise. Il y a quelques années, le concept de “marque employeur” a fait une entrée fracassante dans vos stratégies de recrutement et de marketing RH, et vous réfléchissez aujourd’hui sous cet angle pour remplir à ces enjeux. Si vos candidats et vos salariés communiquent massivement sur le web et les réseaux sociaux, vous avez dû vous adapter. En leur offrant des contenus qualitatifs et tournés vers le digital, pour rendre votre entreprise et sa politique RH visible et transparente.

Aujourd’hui, il est important de générer du contenu pertinent pour vos cibles de recrutement. Pour alimenter votre production de contenus, ainsi que vos comptes sociaux, il convient d’abord de mener une veille régulière.

Rédiger une ligne éditoriale

Il s’agit d’un outil stratégique inspiré du domaine journalistique. C’est une “ligne directrice” des sujets qui vont être publiés sur ce média. Vous avez peut-être déjà mis en place une stratégie de contenus – ou stratégie de “content marketing” – au service de votre marque employeur. Concrètement, votre ligne éditoriale vous incite à cadrer et lister les rubriques de vos contenus, ainsi que le ton et l’angle selon lequel vous allez traiter vos sujets.

Il est important de mener un premier travail de recherche sur les thématiques que votre marque employeur pourra s’approprier. Cela peut être des sujets RH que votre entreprise porte en interne, ou des actualités sur les métiers de vos collaborateurs,selon la stratégie que vous avez choisi d’adopter.

Les outils de veille digitale pour débuter

Les rubriques que vous avez listées vont vous permettre de paramétrer votre outil de veille. Quelques subtilités qui ont leur importance… Outre les tarifs, voici les critères importants à vérifier avant de faire votre choix, ainsi que les outils les plus performants dans chaque critère.

Les possibilités de collaboration

Le marché se partage entre les outils permettant de travailler à plusieurs sur un même tableau de veille, et les autres. Alerti est le champion de cette catégorie,puisqu’il permet de travailler en multi-comptes, d’annoter les résultats de la veille,de créer des tâches pour les différents utilisateurs. Utile quand on veut gérer la validation des contenus à distance et en temps réel, sans passer par des tableaux Excel fastidieux.

http://www.focusrh.com/tribunes/comment-mettre-en-place-une-veille-rh-digitale-par-caroline-vincelet-29942.html


La culture des entreprises représente l’obstacle numéro 1 à la transformation digitale

Tel est le principal enseignement que l’on peut tirer du nouveau rapport du Digital Transformation Institute de Capgemini et de Brian Solis. Le fossé culturel s’est même aggravé de 7 points en 6 ans.

Les employés ne considèrent pas la culture de leur entreprise comme étant « digitale »

Alors que 40% des cadres dirigeants estiment que leur société possède une culture digitale, seuls 27% des employés interrogés sont du même avis.

[…]

Difficultés des dirigeants à formuler une vision digitale claire pour leur organisation,l’absence de modèles au sein des équipes dirigeantes et le manque d’indicateurs de performance liés à la transformation digitale.

Les principales conclusions du rapport font état d’un profond fossé entre les dirigeants et les employés dans toutes les dimensions de la culture digitale

Seules 7% des entreprises interrogées ont le sentiment qu’elles peuvent tester de nouveaux concepts et les mettre en œuvre rapidement. Ce sentiment est confirmé par les employés qui sont à peine 37% à estimer que leur société possède une culture centrée sur l’innovation, l’expérimentation et la prise de risques, contre 75% des cadres dirigeants. Les résultats montrent qu’il existe un décalage entre les dirigeants et les employés sur les pratiques de collaboration. En effet, 85% des cadres dirigeants, contre 41% des employés seulement, considèrent que leur entreprise favorise la collaboration en interne.

Les dirigeants estiment avoir une vision digitale, les employés désapprouvent.L’enquête révèle d’importants écarts entre ce que les dirigeants et les employés perçoivent comme étant une vision digitale claire. 62% des participants occupant un poste de direction affirment que leur entreprise a une stratégie bien définie pour atteindre ses objectifs digitaux contre 37% des employés seulement. Le rapport souligne que les entreprises n’impliquent pas suffisamment les employés dans le processus de changement de culture.

Les leaders de la culture digitale sortent du lot

En ce qui concerne les secteurs d’activités, c’est l’automobile , les biens de consommation et les télécoms qui comptent la plus forte proportion de leaders de la culture digitale. Contrairement à leurs homologues dont l’évolution est plus lente,ces précurseurs ont tendance à embaucher différemment et privilégient notamment les qualités telles que la créativité et l’autonomie . Patience, ténacité et vigilance constante sont les maîtres mots pour créer une culture digitale et opérer un vrai changement.

Méthodologie de l’étude The Digital Culture Challenge: Closing the Employee-Leadership Gap

En outre, Capgemini a mené une série d’entretiens ciblés avec des universitaires, des cadres dirigeants et des employés. Les pays inclus dans le rapport sont le Royaume-Uni, la France, l’Allemagne, l’Italie, la Suède, les Pays-Bas, l’Espagne et les Etats-Unis. L’enquête a été réalisée entre mars et avril 2017.

http://www.infodsi.com/articles/169347/culture-entreprises-represente-obstacle-numero-1-transformation-digitale.html


 L’humain, axe fondamental de la transformation, Transformation digitale – Les Echos Business

Au début de sa carrière d’informaticien, Benoît Tiers a cru que la transformation numérique viendrait par l’apport de technologies. Le directeur général de l’e-SNCF,la branche numérique de l’entreprise, entend faire vivre ce principe chez son employeur.

https://business.lesechos.fr/directions-numeriques/digital/transformation-digitale/030374642655-l-humain-axe-fondamental-de-la-transformation-310384.php


“La transformation digitale n’est pas une question d’outil mais d’état d’esprit”, Opinionway/Les Big Boss

“La transformation digitales est  sujet prioritaire et largement diffusé, mais il reste beaucoup de chemin à parcourir”, analyse Philippe le Magueresse, directeur général adjoint d’Opinionway qui a présenté les résultats du Baromètre* de la transformation numérique des PME et des ETI, réalisé pour les Big Boss et Monetize Angels.

Bilan des Big Boss Summer Edition 2017

Chaque prestataire a 7 min pour présenter sa solution auprès des décideurs qui rencontrent chacun 14 prestataires. Au total, 4700 rendez-vous ont été générés durant cette édition. Près de 5000 rencontres, donc, qui aboutissent en moyenne à 1,9 contrat signé par décideurs. “Quelques mois seront nécessaires pour recencers tous les contrats signés, mais le bilan est déjà très positifs, puisque plusieurs big boss et sponsors ont déjà signé des contrats pendant ce week-end”, annonce Hervé Bloch, fondateur de l’événement.

D’autre part, 82 % de ces mêmes entreprises affirment que les nouveaux outils permettent de réduire le temps consacré aux tâches secondaires pour ses concentrer sur celles plus forte valeur ajoutée. D’après le baromètre, la transformation digitale favorise aussi l’innovation et le développement de nouveaux business .  “La transformation digitale n’est pas une question d’outil mais d’état d’esprit, une capacité à  voir le monde autrement et à revoir son mode d’organisation”, conclut le directeur général adjoint d’Opinionway.

http://www.usine-digitale.fr/editorial/la-transformation-digitale-n-est-pas-une-question-d-outil-mais-d-etat-d-esprit-opinionway-les-big-boss.N551073


« La transformation commence par des choses simples », Conduite du changement – Les Echos Business

Spontanément je citerais la mise en place du portail RH, qui a permis la dématérialisation des dossiers du personnel, de la paie, des entretiens annuels, du suivi des objectifs et de la formation. A partir du moment où le marché vire digital, et dès lors que les parieurs utilisent sans distinction le SMS, le smartphone, la tablette,les équipes se doivent d’avoir du répondant. Certains services organisent des stand up meetings pour améliorer l’efficacité des réunions. Au service RH, les comptes rendus se résument à des idées forces sur des Post-it que nous prenons ensuite en photo avant de les poster sur le réseau social interne.

Depuis 2010, date de l’ouverture à la concurrence du marché des jeux et des paris en ligne qui a permis au PMU de proposer des paris sportifs et du poker on line – la Française des Jeux conservant le monopole sur le physique. Le virage vers les nouvelles technologies s’est ensuite enclenché naturellement, permettant au client de parier où il veut et quand il veut, et surtout de toucher ses gains en temps réel. Je suis constamment à l’affût des bonnes pratiques, je collabore par exemple avec un prestataire pour éditer des vidéos et des contenus adaptés spécifiquement aux jeunes talents. A destination des managers, j’organise également des formations pour tourner la page de la culture verticale, apprendre à déléguer et à responsabiliser.

https://business.lesechos.fr/directions-ressources-humaines/management/conduite-du-changement/030371967187-la-transformation-commence-par-des-choses-simples-310445.php

 


Dirigeants et managers : 4 idées pour améliorer votre Expérience Collaborateur

Si une bonne idée ne fait pas tout, une bonne exécution non-plus.

Nous avons dressé une liste de 4 axes sur lesquels travailler afin d’impacter l’expérience collaborateur, au-delà des sujets basiques et évident du salaire et de l’intérêt des missions proposées à vos employés. Force est de constater que toutes les propositions ne sont pas obligatoirement couteuses.

https://siecledigital.fr/2017/05/30/dirigeants-et-managers-4-idees-pour-ameliorer-votre-experience-collaborateur/


 “Pour réussir sa transformation, il faut donner aux collaborateurs les moyens de développer des idées originales”, explique Christophe Victor, co-DG de VivaTech – L’interview management

Christophe Victor – Le projet est né à un momentum particulier, la fin de la première édition de VivaTech, sur laquelle j’ai travaillé avec mon épouse qui était avec Vinci Energie l’un des premiers partenaires de l’événement. Nous venions de vivre une formidable aventure, en termes de dynamisme, d’enthousiasme. Nous avions l’impression d’une France qui voulait se recroqueviller alors que nous venions de vivre un moment qui disait tout le contraire. Et puis nous avons réalisé que tous les livres sur la transformation digitale étaient soit écrits par des consultants ou par des start-uppers, mais il n’existait rien écrit par des dirigeants d’entreprise qui étaient confrontés eux-mêmes à cette mutation.

C’est ce manque que nous avons voulu combler en voulant faire un livre pédagogique et en le nourrissant de notre expérience personnelle et des matériaux accumulés à VivaTech.   Pour décrire les principaux changements à l’oeuvre, vous décryptez dix tendances à l’oeuvre, dont trois ressortent du management, des ressources humaines que vous placez en fin d’ouvrage. Le Web 1.0 a mis à disposition des masses d’informations, ce qui a fait naître de nouveaux acteurs comme les moteurs de recherche et les plateformes comparatives. Si l’on veut accompagner ces changements dans l’entreprise, il est indispensable alors de réformer le management, d’où les trois derniers chapitres de notre livre.

Les start-ups n’hésitent pas à mettre sur le marché des produits ou des services qui ne sont pas finalisés, au sens où on l’entend dans les organisations plus traditionnelles. Pour une entreprise de l’ancienne économie, mettre sur le marché un produit imparfait est difficilement concevable. De même, il faut pouvoir lancer des projets en parallèle. A chacun de trouver sa voie.

Constatant l’impossibilité de faire bouger tout le monde en même temps, les dirigeants ont choisi cette méthode et cela a donné des résultats. D’autres entreprises ont obtenu des résultats en faisant tout bouger en même temps.Regardez ce qui s’est passé avec la vague des chief digital officer il y a deux ans et demi. Toutes les entreprises en ont nommé un et, aujourd’hui, on constate que certains d’entre-eux sont partis.

Cela ne veut pas dire que c’était une mauvaise idée. Le projet de transformation doit être porté par la direction de l’entreprise et être cohérent avec sa culture. Je trouve que celle qui consiste à associer les millenials à la stratégie globale de l’entreprise sont intéressantes. Par exemple, General Electric a mis en place du mentorat inversé.

Les nouvelles organisations doivent casser les silos, favoriser la collaboration, laisser émerger des idées. Cela ne consiste pas à dire “j’en prends note et passer à autre chose”. Si une idée est bonne, il faut l’accueillir et la développer d’où qu’elle vienne.

http://www.usinenouvelle.com/editorial/pour-reussir-sa-transformation-il-faut-donner-aux-collaborateurs-les-moyens-de-developper-des-idees-originales-explique-christophe-victor-co-dg-de-vivatech.N547778


La communication est le point de départ de la transformation digitale

La communication est souvent réduite à ses supports et donc à sa fonction de visibilité.

DEFINIR UN PROJET TraNSFORMATIF  

Quand le groupe Fleury Michon, synonyme de jambon sous blister, décide que son projet sera le Manger Mieux, cela peut faire sourire. Pour être performante, celle-ci doit indiquer une direction, être tournée vers l’avenir.

LA MISSION DE MARQUE POUR DONNER UN SENS A L’ACTION

Quand Starbucks se recentre sur son métier d’origine, le café de qualité, et décide que sa mission est ‘To inspire and nurture the human spirit – one person, one cup and one neighborhood at a time’, cela peut sembler creux. Travailler avec un planneur stratégique, des créatifs, spécialistes de la mise en mots et en images, aidera à formuler la mission de l’entreprise. En faisant participer à la réflexion différents métiers de l’entreprise.

FEDERER AUTOUR D’UN OBJECTIF COMMUN : UNE PROPHETIE AUTO-REALISATRICE

Malheureusement non suivi dans ce cas d’une exécution sincère, avec des conséquences dramatiques.

http://www.usine-digitale.fr/article/avis-d-expert-la-communication-est-le-point-de-depart-de-la-transformation-digitale.N547573


Culture numérique : le grand écart entre dirigeants et salariés, Transformation digitale – Les Echos Business

Les chercheurs ont interrogé 1.700 personnes dans le monde, patrons, cadres intermédiaires ou employés issus de 340 organisations.

La culture, premier obstacle à la transformation numérique

62 % des répondants citent cette problématique parmi les deux premiers obstacles à la mutation en cours, avec la vétusté des systèmes informatiques et la pénurie de talents. Cette même proportion voit aussi des difficultés à placer l’innovation,l’ouverture, le collaboratif, l’agilité et le sens de l’expérience-client parmi ses priorités.

La culture contre la bureaucratie

Résultat, le middle management est bien souvent tout autant déconnecté vis-à-vis des dirigeants que les salariés qu’il devrait sensibiliser aux nouveaux mantras de l’entreprise. A croire que collaborer, innover, devenir agile commence par desserrer la hiérarchie.

https://business.lesechos.fr/directions-numeriques/digital/transformation-digitale/030371825899-culture-numerique-le-grand-ecart-entre-dirigeants-et-salaries-310337.php


 

The following two tabs change content below.
Consultant innovateur dans le domaine des RH et des TIC, Stéphane Poignant décrypte via sa plateforme, l’impact du digital et du numérique sur la fonction RH. Concepteur, formateur au CEPRECO (CCI de Lille), chez IFOCOP, CESI, PIGIER, il est chargé d'enseignement au CNAM de Lille. Stéphane Poignant a créé et a animé Indice RH, site Média de référence dans les Ressources Humaines durant une dizaine d’années.

Laisser un commentaire