UBATX - 1

L’Université du Bonheur Au Travail # 2 : le bilan

L’Université du Bonheur Au Travail # 2 : le bilan
5 (100%) 1 vote

#UBATx : 150 nouveaux Passeurs du Bonheur au Travail se trouvent désormais parmi vous

La deuxième édition de l’Université du Bonheur Au Travail (UBAT), qui a fermé ses portes ce week-end, a réuni 150 participants qui ont appris, pendant trois jours, comment libérer le bonheur dans leur entreprise et devenir ainsi ambassadeurs de la transformation de leur organisation.

Le bonheur au travail : mode ou nouvelle culture ? 

Conçue comme un véritable laboratoire vivant, la formation organisée par la Fabrique Spinoza a constitué le parcours initiatique pour ces nouveaux Passeurs du Bonheur au Travail. Certains retournent dès aujourd’hui dans leur organisation avec de nouveaux outils pour la transformer, d’autres envisagent de créer eux-mêmes l’entreprise de leur rêve, heureuse et performante à la fois.

Gilberte Caron, co-pilote cette deuxième édition de l’UBAT, considère que le bonheur au travail est une disruption au sein des entreprises, une nouvelle culture organisationnelle qui ne se soucie pas seulement du bien-être physique des salariés, mais de leur épanouissement complet, en créant également des opportunités pour mettre en valeur leurs forces, leur créativité, leurs passions, leur personnalité. « Nous avons innové pour cette deuxième édition de l’UBAT notamment sur la méthode, avec une approche pédagogique cohérente avec la propagation du bonheur : nous avons vécu et expérimenté ensemble ce qui est le vrai bonheur, celui qui gagne et libère à la fois le corps et l’esprit. ».

En effet, à l’Université du Bonheur au Travail, à travers le jeu géant et les divers conférences, témoignages, ateliers expérientiels et moments de partage en intelligence collective, les participants ont eu l’occasion de tester tous les ingrédients d’une journée idéale au travail.

UBAT #2 : 3 jours pour devenir Passeur du Bonheur au Travail

Chacune de ces 3 journées était rythmée par des moments de remise en énergie collective (danse, chant, yogas, sieste, ki gong, méditation), des prises de parole inspirantes en agora ou en plénière et des temps de travail par petits groupes. Guidés par des experts en la matière, les participants ont laissé libre cours à leur créativité, partagé leur vision et décidé ensemble. Ils ont également appris à coopérer, à faire confiance et aller à la rencontre des autres avec bienveillance, à écouter, à être attentif à soi-même et aux autres en découvrant ainsi la force du collectif.

Le deuxième jour, les stagiaires se sont plongés dans l’univers d’un jeu géant, inédit avec des défis et des deadlines bien précis. Encadrés par les experts, en utilisant de nouveaux outils, tous sont arrivés à la fin à définir un plan d’action structuré et opérationnel pour une entreprise heureuse et performante.

Les stagiaires se sont également laissés inspirer par les prises de parole des participants de la première UBAT et de passeurs de bonheur au travail témoignant de leurs premiers succès sur le chemin de la transformation. Ils ont appris aussi à créer et animer une communauté, à co-construire, à partager et à réussir ensemble.

En s’adressant aux passeurs présents à un déjeuner autour du thème du métier de Chief Happiness Officer, Amélie Motte d’Arjuzon, CHO de la Fabrique Spinoza prévient son auditoire :

« Attention à l’injonction du bonheur ! Le bonheur est une aspiration et non pas un devoir. Il faut respecter ceux qui ne sont pas intéressés par ce sujet et accepter que dans une organisation il y a aussi des moments de stress et de tension. Je vous conseille plutôt la politique des petits pas. »

Le tout en prenant du plaisir et dans une ambiance pleine d’énergies positives. Tout au long de la formation, les participants étaient libres de prendre des pauses quand ils le souhaitaient pour se ressourcer ou lâcher-prise, par exemple en profitant du Lab Sérénité – une offre de produits et de services de bien-être en entreprise proposée par les partenaires de l’UBAT.

UBAT #2 est finie : et après ?

A la fin de la formation, les participants ont reçu leur Diplôme de « Passeur du Bonheur au Travail », délivré par La Fabrique Spinoza et ont rejoint ainsi une large communauté de Passeurs BAT. Mélanie Vambana, Responsable RH à la Région Île-de-France, institution représentée par cinq personnes à l’UBAT, témoigne : « Je pars enrichie d’avoir acquis plein de méthodes et techniques de savoir, savoir-être et savoir-faire pour permettre à la Région de s’engager sur le chemin de l’administration heureuse et moderne. ».

Créée en 2015 par la Fabrique Spinoza, L’Université du Bonheur au Travail est une formation et un laboratoire vivant pour agir en faveur du bonheur au travail et de la performance globale, co-construit par des professionnels engagés sur ce sujet dans le cadre de l’association.  Forts du succès des deux premières éditions, les organisateurs pensent déjà à la troisième. La Fabrique Spinoza réfléchit également à un modèle de l’UBAT qui pourrait s’adapter au niveau des entreprises, en tant qu’université interne.

En attendant, La Fabrique Spinoza organise également des formations de courte durée dans le cadre de l’Académie Spinoza.

UBAT #2 en faits et chiffres

Cette UBAT a été encadrée par 3 co-pilotes :

Cécile Boulay Rhodes de la société Le Bulbe pour son organisation

Gilberte Caron de l’Atelier Fil Rouge pour le design du jeu et la programmation

Claude Herrmann en charge du recrutement et de la gestion des participants

  • Evénement : les 6, 7 et 8 juillet à La Défense
  • Organisation : 9 mois de co-construction, plus de 100 co-constructeurs de toute la France, une vingtaine de partenaires parmi lesquels Châteauform’ et la société Pixelis en partenaires « socle ». 12 parrains et marraines.
  • Sur place : une soixantaine d’intervenants, 150 participants dont 120 responsables RH, QVT, ou RSE (parmi eux, 78% étaient des femmes et 31% des représentants d’institutions publiques), une trentaine de co-constructeurs et une vingtaine d’indépendants.
  • Organisations présentes :
    • 31% entreprises publiques (Collectivités locales et territoriales, Villes, Départements, Régions, Offices publics HLM, Urssaf, Enedis, BPI France, CNES, Office Européen des brevets, Universités de Clermont et du Littoral, Sist de Narbonne, La Française des jeux, etc)
    • 69%  entreprises privées parmi lesquelles Leroy Merlin, Lilly France, BNP, Cetelem, Vuitton, Lanvin, Nespresso Belgique, Yooda, Vertone,  Refresco France, etc.

Plus d’informations :

 

À propos de la Fabrique Spinoza :

La Fabrique Spinoza est un think-tank économique et politique multi-partisan dont la mission est de redonner au bonheur sa juste place. Depuis des années, la Fabrique Spinoza travaille à décrypter, promouvoir et soutenir le bonheur dans nos sociétés, notamment dans le monde de l’éducation et du travail. http://fabriquespinoza.fr/

L’Université du Bonheur Au Travail est le fruit d’une année de travail de co-constructeurs bénévoles et d’intervenants spécialisés qui souhaitent contribuer au changement de paradigme du monde du travail en mettant à profit leurs expertises et leurs compétences pour la conception de l’événement. http://ubatx.org

L’organisation de la Fondation Spinoza est un laboratoire vivant de l’entreprise heureuse.

The following two tabs change content below.
Consultant innovateur dans le domaine des RH et des TIC, Stéphane Poignant décrypte via sa plateforme, l’impact du digital et du numérique sur la fonction RH. Concepteur, formateur au CEPRECO (CCI de Lille), chez IFOCOP, CESI, PIGIER, il est chargé d'enseignement au CNAM de Lille. Stéphane Poignant a créé et a animé Indice RH, site Média de référence dans les Ressources Humaines durant une dizaine d’années.

Laisser un commentaire