Menu Fermer

La taxonomie de Bloom et ses applications au Digital Learning

taxonomie-bloom-modele
Votre score de lecture
[Total: 1 Average: 5]

Partons aujourd’hui à la découverte de la taxonomie de Bloom. Cette taxonomie des objectifs éducationnels imaginée par Bloom, psychologue en éducation, est très utile dans le domaine de la formation. Elle permet aux formateurs de présenter des informations différentes selon le domaine cognitif, de construire des activités pédagogiques variées et adaptées et ainsi d’imaginer une progression pédagogique pour les cours comme pour les apprenants.

taxonomie-bloom-genially

A quoi correspond concrètement la taxonomie de Bloom ? Il s’agit d’un modèle pédagogique proposant une classification des niveaux d’acquisition des connaissances. Ces niveaux sont au nombre de six : la (re)connaissance, la compréhension, l’application, l’analyse, l’évaluation puis la synthèse ( ou l’inverse). Pourquoi taxonomie ? parce que celle ci organise l’information de façon hiérarchique allant de la simple restitution des faits jusqu’à la manipulation complexe de concepts.

Bloom fait donc émerger une classification des niveaux de pensée dans le processus d’apprentissage. On peut résumer sa taxonomie à une classification des objectifs en catégories appelée « Taxonomie des objectifs ». Cette idée de taxonomie nécessitera de repérer la nature des capacités sollicitées par un objectif de formation et son niveau de complexité.

Avec cet outil, le formateur pourra donc choisir la méthode de formation la plus adaptée en fonction de l’objectif poursuivi.

Pour résumer : la taxonomie de Bloom c’est 6 niveaux d’acquisition des connaissances ( ou niveau cognitif) , 6 types d’activités, du plus simple au plus complexe, comprenant chacune un ou plusieurs sous-domaines … et enfin des habiletés qui peuvent être aussi mesurées sur un continuum allant de plus simple au plus complexe.

Vous pouvez retrouver la taxonomie de bloom illustrée dans une image sous forme de roue.

Découvrir la taxonomie de Bloom est aussi l’opportunité de passer au crible les méthodes et outils du  Digital learning.

Focus sur un domaine cognitif classé en 6 catégories

1. Premier niveau cognitif : Connaître, reconnaître, retenir des connaissances

taxonomie-bloom-premier-niveau

L’apprenant observe et se souvient de l’information : il mémorise les informations. Il s’agit de repérer de l’information et s’en souvenir.

Il peut s’agir de connaitre :

  • des événements, des dates, des lieux.
  • de grandes idées,
  • des données particulières (des éléments de connaissance)
  • des mots, une terminologie
  • des faits isolés
  • des façons de mettre en relation les éléments
  • des conventions, des règles, des lois, des formules.

Verbes d’actions : définir, décrire, associer, ordonner, retenir, nommer, noter, répéter, arranger, dupliquer, étiqueter, lister, mémoriser, nommer, identifier, relier, rappeler, répéter, reproduire.

Dans l’exemple de Tactileo ( Voir sources) sur le sujet de discrimination raciale, un modèle de taxonomie de Bloom – révisée – est proposée pour identifier le niveau d’acquisition des stagiaires. Pour la mémorisation ou la connaissance la question pourrait être :

Quel jour Martin Luther King a t-il prononcé le discours ” i have a Dream” ?

Autre exemple pour un professeur de biologie, un des objectifs peut être de légender des schémas.

2. Second niveau de la taxonomie de Bloom : comprendre le message

taxonomie-bloom-second-niveauDans un second temps, l’apprenant comprend l’information et en saisit le sens de manière plus profonde. Il comprend car il peut interpréter l’information en fonction de ce qu’il a appris.

Il peut s’agir de

  • traduire, transposer dans un autre langage, transposition
  • mettre les éléments dans un ordre différent, interprétation

Verbes d’actions  : changer, classifier, définir dans ses propres mots, discuter, expliquer, donner des exemples, traduire, décrire, exprimer, identifier, indiquer, situer, reconnaître, rapporter, reformuler, réviser, choisir, traduire.

Reprenons l’exemple sur la discrimination raciale, pour la compréhension la question pourrait être :

Quel message Martin Luther King a t-il tenté de livrer pendant son discours ?

Autre exemple pour un professeur de français, un des objectifs peut être d’écrire le résumé d’une nouvelle.

3. Troisième niveau de la taxonomie de Bloom : Appliquer un principe

Dans un troisième temps, l’apprenant utilise à la fois l’information qu’il connait et utilise certaines méthodes. Il peut s’exercer sous forme d’applications. Comment ? en triant les données pour résoudre un problème, en réinvestissant les méthodes, des concepts et des théories dans de nouvelles situations, en résolvant des problèmes, en mobilisant les compétences et connaissances requises.

Verbes d’actions  : appliquer, calculer, construire, pratiquer, choisir, démontrer, employer, illustrer, interpréter, opérer, pratiquer, planifier, schématiser, résoudre, utiliser, écrire.

Reprenons l’exemple sur la discrimination raciale, pour l’application la question pourrait être :

Tracez une ligne du temps illustrant les événements marquants de la lutte contre la discrimination raciale aux USA ?

Autre exemple pour un formateur en pâtisserie, un des premiers objectifs peut être de suivre et mettre en application une recette.

4. Quatrième niveau de la taxonomie de Bloom : Analyser un ensemble complexe 

taxonomie-bloom-quatrieme-niveauAprès avoir mémorisé, compris et appliqué, l’apprenant est en mesure de définir des modèles et d’en organiser les parties. Cette étape de l’analyse correspond à la mise en relation des faits et des questions. Il peut percevoir des tendances, déceler les sous-entendus, extraire des éléments. Il est aussi capable d’identifier les parties constituantes d’un tout pour en distinguer les idées. Il peut s’agir :

  • d’éléments
  • de relations entre les éléments
  • de principes organisateurs.

Verbes d’actions  : analyser, évaluer, catégoriser, comparer, conclure, critiquer, poser un diagnostic, estimer, calculer,  contraster, différencier, discriminer, distinguer, examiner, expérimenter, questionner, tester, cerner.

Reprenons l’exemple sur la discrimination raciale, pour l’analyse, la question pourrait être :

En quoi le discours de Martin Luther King a t-il fait progresser le mouvement en faveur des droits civiques  ?

Autre exemple, un formateur en vente commerciale peut avoir comme objectif de savoir rédiger un argumentaire de vente.

5. Cinquième niveau de la taxonomie de Bloom : évaluer sa production ou celle d’autrui  

taxonomie-bloom-cinquieme-niveauL’apprenant se compare, compare et discrimine les idées. Il évalue en ce sens qu’il porte un regard critique sur sa production et celle des autres en fonction de critères que l’on se construit. Il compare et distingue des idées, détermine la valeur de théories et d’exposés. Il est en mesure de poser des choix en fonction d’arguments raisonnés et aussi de reconnaître la part de subjectivité.

Il peut s’agir de la production

  • en elle-même
  • en référence à autre chose

Verbes d’actions  : évaluer, argumenter, choisir, certifier, critiquer, décider, déduire, défendre, distinguer, recommander,  rattacher,  comparer, justifier, estimer, juger, prédire, chiffrer, élaguer, sélectionner.

Reprenons l’exemple sur la discrimination raciale, pour l’évaluation la question pourrait être :

Parmi les moyens pris par Rosa Parks et Martin Luther King pour lutter contre le racisme, lesquels selon vous se sont avérés les plus efficaces et pourquoi ?

Autre exemple, un enseignant en philosophie fixera comme objectif d’être capable de conduire un débat.

6. Sixième niveau de la taxonomie de Bloom : créer, réaliser une  production personnelle, une synthèse …

taxonomie-bloom-sixieme-niveauL’apprenant utilise tous ces matériaux, idées, connaissances pour en créer de nouvelles. Ici l’apprenant est capable de proposer quelque chose, de réaliser une production, en somme d’effectuer une synthèse : synthétiser ses idées en une proposition, un plan, un produit nouveaux, généraliser à partir d’un certain nombre de faits, mettre en rapport des connaissances issues de plusieurs domaines. C’est à lui de jouer !!

Il peut s’agir :

  • de l’expression de son  œuvre personnelle
  • d’action, d’ élaboration d’un plan d’action

Verbes d’actions  : assembler, composer, créer, améliorer, synthétiser, arranger,  collecter, construire, concevoir, développer, formuler, gérer, organiser, planifier, préparer, proposer, installer.

Ps: dans les schéma ci dessus, vous constaterez que les phases d’évaluation et synthèse ont été inversés (in)volontairement. Chacun des deux niveaux ne change pas dans son contenu. Mais d’un point de vue cognitif les deux domaines appartiennent au même niveau. 

Reprenons l’exemple sur la discrimination raciale, pour la création, la question pourrait être :

Trouver un exemple de ce qui constitue une injustice sociale puis imaginez des moyens non violents pour manifester votre désaccord par rapport a cette injustice ?

Autre exemple pour un professeur en architecture, l’objectif prioritaire peut être de concevoir les plans d’un bâtiment.

La taxonomie de Bloom révisée pour tenir compte d’un autre paramètre : les types de connaissance

4 types de connaissances - Bloom

En plus du domaine cognitif divisé en 6 catégories, une version révisée de la taxonomie intègre une autre notion: les types de connaissances classés en 4 catégories.

  • connaissances factuelles : connaissance de la terminologie ; connaissance des détails et des éléments spécifiques.
  • connaissances conceptuelles : connaissance des classifications, des catégories et des relations entre les catégories ; connaissance des principes et des généralisations ; connaissance des théories, des modèles et des structures.
  • connaissances procédurales : connaissance des compétences et des algorithmes spécifiques à un sujet ; connaissance des procédés, des techniques et des méthodes spécifiques à un sujet ; connaissance des critères qui déterminent quand utiliser les procédures appropriées.
  • connaissances métacognitives : connaissances stratégiques ; connaissances sur les fonctions cognitives, y compris les connaissances contextuelles et conditionnelles appropriées ; connaissance de soi.

Ainsi vous avez trois éléments en matière de définition d’objectifs pédagogiques. Vous avez défini :

  • les apprenants
  • ce que les apprenants doivent savoir faire à la fin du module (et identifier le domaine cognitif concerné) : verbes d’action
  • les types de connaissances qui seront activés et enseignés dans le cadre du cours.

Ecrire des objectifs pédagogiques c’est faire lien entre les apprenants ( le sujet), ce que les apprenants doivent savoir faire (sous forme de verbe d’action et de processus cognitif activé ) et le type de connaissance que les apprenants doivent acquérir ( l’objet ).

ecrire un objectif pedagogique

Par exemple pour une formation sur les publicités sur Facebook :

« À la fin de ce module, les apprenants ( sujet) devront être capables de mettre en place ( verbe d’action ) une campagne de publicité sur Facebook ( l’objet ) … »

La taxonomie de Bloom appliquée au Digital Learning : des apports …  

La taxonomie de Bloom est utile pour jauger le niveau réel des apprenants. Les formateurs pourront fixer des points de repère pour évaluer le niveau de compétence de chaque formé : savent-ils mémoriser, comprendre, catégoriser des informations, avoir un regard critique sur celles ci ? En fonction des résultats, les formateurs détermineront si les capacités d’analyse du stagiaire sont suffisantes ou pas. A défaut, ils adapteront leur formation.

La taxonomie de Bloom est aussi utile en tant qu’expression des objectifs pédagogiques. Vous connaissez tous la phrase type : « À la fin de ce module, les apprenants devront être capable d’expliquer … » Nous savons que la définition des objectifs pédagogiques est essentielle dans le développement d‘un projet de formation. Car cela permet de baliser le parcours de formation et d’en faciliter l’évaluation.

La taxonomie de Bloom permet d’envisager une progression et une planification dans les séquences d’apprentissage. On commencera par des séquences d’apprentissages simples pour ensuite monter en puissance vers des séquences plus complexes. Cette montée en complexité permettra au formateur de mettre en place au début  des activités permettant de mémoriser, de comprendre le BA BA d’un module. Et ensuite de proposer des activités d’analyse voire de synthèse. La taxonomie de Bloom organise donc la succession logique des séquences suivant une progression par palier, en allant du plus simple au plus complexe.

… mais aussi des limites ( la suite très bientôt) 

Sources et bibliographies: 

(n.d.). Poser De Meilleures Questions : La Taxonomie De Bloom | Let Learn. Retrieved May 23, 2019, from http://letlearn.eu/2017/02/25/poser-de-meilleures-questions-la-taxonomie-de-bloom/
(n.d.). La Taxonomie De Bloom Pour éviter L’illusion De Maîtrise Chez Les étudiants Et évaluer Les Niveaux De Maîtrise Des élèves. Apprendre, Réviser, Mémoriser. Retrieved May 23, 2019, from https://apprendre-reviser-memoriser.fr/la-taxonomie-de-bloom-niveaux-de-maitrise/
(n.d.). La Taxonomie De Bloom Pour Les Concepteurs E-learning. Les Essentiels Du E-learning. Retrieved May 23, 2019, from https://blogs.articulate.com/les-essentiels-du-elearning/la-taxonomie-de-bloom-pour-les-concepteurs-elearning/
(n.d.). Concevoir Des Déroulés Pédagogiques Avec La Taxonomie De Bloom. Sydologie. Retrieved May 20, 2019, from http://sydologie.com/2017/09/taxonomie-de-bloom-quest-cest/
Blanc, T. (2018, April 9). La Taxonomie De Bloom Et Le Digital Learning. Tactileo. Retrieved May 20, 2019, from https://www.tactileo.com/formation-professionnelle/taxonomie-de-bloom-digital-learning/
Toulouse, I. (n.d.). La Taxonomie De BLOOM – Centre D’Innovation Et D’Ingénierie Pédagogique. INSA Toulouse. Retrieved May 20, 2019, from http://c2ip.insa-toulouse.fr/fr/pedagogies/concepts-de-base-en-pedagogie/la-taxonomie-de-bloom.html

The following two tabs change content below.
Avatar
Consultant innovateur dans le domaine des RH et des TIC, Stéphane Poignant décrypte via sa plateforme, l’impact du digital et du numérique sur la fonction RH. Concepteur, formateur au CEPRECO (CCI de Lille), chez IFOCOP, CESI, PIGIER, il est chargé d'enseignement au CNAM de Lille. Stéphane Poignant a créé et a animé Indice RH, site Média de référence dans les Ressources Humaines durant une dizaine d’années.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.