Innovation pédagogique : des cours renversés à l’ESILV

Innovation pédagogique : des cours renversés à l’ESILV
5 (100%) 1 vote

ESILVAprès la classe inversée, voici la classe Renversée ! A l’ESILV (Ecole Supérieure d’Ingénieurs Léonard de Vinci), les étudiants apprennent à apprendre par la pédagogie du DIY. Pour mettre fin à la prise de notes routinière et souvent irréfléchie ou mécanique en cours magistral, l’équipe pédagogique de Mathématiques de l’ESILV a décidé de mettre en place un de ses modules en mode Do-It-Yourself.

La classe Renversée, Kézako ?
Cette pédagogie va plus loin que la classe inversée* classique à laquelle les étudiants avaient été initiés en année 1 dans les matières informatiques
Ce nouveau mode pédagogique appelé ‘‘cours renversé” propose aux étudiants de construire eux-mêmes le contenu du cours puis de l’exposer à leurs camarades et à leur enseignant durant des séances de travaux dirigés en petits groupes. Dans ce contexte, l’étudiant devient  l’acteur principal.

Bâtir un cours : 
Pour guider les étudiants dans la construction du cours, le squelette des chapitres leur est proposé en amont. Des exercices types corrigés ainsi que des énoncés d’exercices leur sont fournis pour illustrer le futur cours. Une liste bibliographique d’ouvrages de référence leur est également communiquée. Le travail de rédaction du chapitre est réalisé en équipe de 3 ou 4 étudiants en dehors du temps de classe. Un étudiant de l’équipe est désigné pour faire l’exposé d’une partie du chapitre préparé, les autres membres de l’équipe peuvent intervenir durant la séance de questions.

Des acteurs actifs et participatifs :
Pour encourager les étudiants à donner le meilleur d’eux-mêmes, l’exposé est évalué par les étudiants présents et par l’enseignant. En fin de chapitre, un palmarès des exposés est établi par les étudiants ce qui contribue à créer une dynamique au sein de chaque équipe. Le reste de la séance est consacré à la correction d’exercices ou de problèmes.

Enseignant ou metteur en scène ?
Dans cette nouvelle démarche, l’enseignant joue un rôle de metteur en scène. Il encourage l’interactivité entre les équipes ; il reprend sa fonction  ‘‘normale”  pour rectifier, compléter ou réexpliquer les notions qui peuvent être maladroitement exposées. Il organise et anime les exposés, il apporte son expertise dans le cours et dans la correction des exercices.  Il est responsable de la bonne qualité des informations transmises.
Pour homogénéiser les connaissances, l’enseignant référent du module communique un cours détaillé et richement  illustré d’exercices corrigés à la fin de chaque chapitre via la plate-forme d’apprentissage en ligne. Enfin, une évaluation individuelle est organisée pour vérifier tous les acquis.

Ce que pensent les étudiants investis dans cette pédagogie renversée :
Les étudiants qui avaient déjà acquis une certaine autonomie ont accueilli favorablement cette nouvelle pédagogie.

« Pendant les premières semaines, nous étions assez réfractaires à exposer des mathématiques. Nous pensions ne pas pouvoir faire face aux questions des autres étudiants. Finalement, nous avons vraiment apprécié cet exercice de transmission du savoir. On a alors surtout envie de bien faire. De plus, il était plus facile d’apprendre et surtout de retenir ce que nous avons construit en équipe.» ajoute Thibaut TUCOULOU, élève-ingénieur en 2ème année.

« Face à des exercices inédits, le syndrome de la page blanche semble avoir disparu dans ce module. Il est bien évident qu’en analysant, raisonnant, résumant, confrontant, discutant et même évaluant, les étudiants assimilent et traitent activement les informations qu’ils manipulent. Ainsi ils acquièrent la capacité de réaliser des tâches cognitives de haut niveau. » précisent Samir YAHIAOUI, enseignant-chercheur au Département Nouvelles Énergies et Rémy SART, responsable du Département Mathématiques, pilotes de ce projet.

*La classe inversée  ou « flipped classroom » est une pédagogie qui propose aux étudiants de préparer ou suivre les cours chez eux sur des vidéos en ligne ou à l’aide de lectures conseillées par l’enseignant. Lors du cours (TD), l’enseignant répond aux questions qui ont été préparées  et encadre les élèves qui travaillent en groupe 
A propos de l’ESILV
L’ESILV, Ecole Supérieure d’Ingénieurs Léonard de Vinci est une école d’ingénieurs généraliste au cœur des technologies du numérique. Elle recrute principalement au niveau Baccalauréat (S et STI2D) et forme en 5 ans des ingénieurs opérationnels s’insérant parfaitement dans le monde professionnel. Le projet pédagogique de l’ESILV s’articule autour des sciences et des technologies numériques combinées à 4 grandes spécialisations : Informatique/BigData & Objets connectés, Mécanique Numérique et Modélisation, Ingénierie Financière, et Nouvelles Energies et la transversalité de 20% de son cursus avec une école de management et une école de multimédia dont un parcours Ingénieur Manager en 5 ans, double diplômant. Enseignements en petits groupes, travail en équipe, pédagogie par projet, sport intégré dans le cursus, stages et expériences internationales obligatoires complètent le cursus. 1700 élèves – 1400 anciens élèves. L’ESILV est membre de la CGE, de l’UGEI, de la CDEFI et de Campus France.- www.esilv.fr

The following two tabs change content below.
Consultant innovateur dans le domaine des RH et des TIC, Stéphane Poignant décrypte via sa plateforme, l’impact du digital et du numérique sur la fonction RH. Concepteur, formateur au CEPRECO (CCI de Lille), chez IFOCOP, CESI, PIGIER, il est chargé d'enseignement au CNAM de Lille. Stéphane Poignant a créé et a animé Indice RH, site Média de référence dans les Ressources Humaines durant une dizaine d’années.

Auteur de l’article : universityrh

Consultant innovateur dans le domaine des RH et des TIC, Stéphane Poignant décrypte via sa plateforme, l’impact du digital et du numérique sur la fonction RH. Concepteur, formateur au CEPRECO (CCI de Lille), chez IFOCOP, CESI, PIGIER, il est chargé d'enseignement au CNAM de Lille. Stéphane Poignant a créé et a animé Indice RH, site Média de référence dans les Ressources Humaines durant une dizaine d’années.

Laisser un commentaire