Les groupes commerciaux diversifiés seraient mieux équipés pour affronter l’incertitude

Les groupes commerciaux diversifiés seraient mieux équipés pour affronter l’incertitude
Rate this post

Londres, Décembre 2016 – Appartenir à un groupe commercial diversifié peut aider les sociétés à résister aux chocs économiques et à prospérer face à l’incertitude, selon un nouveau rapport de la Cass Business School, l’Ensae-Crest à Paris et des universités Bocconi et Statale à Milan.

Coinsurance Between Firms: The Role of Internal Labor Markets  (La coassurance entre les sociétés : le rôle des marchés intérieurs du travail) par Dr Giacinta Cestone de la Cass Business School et les co-auteurs, le Professeur Chiara Fumagalli, le Professeur Francis Kramarz et le Professeur Giovanni Pica, montre qu’un réseau de sociétés contrôlé par un propriétaire commun apporte de la stabilité et des opportunités en partageant la main-d'œuvre, aussi bien dans les périodes difficiles que dans les périodes de prospérité. 

Les groupes commerciaux diversifiés constituent la partie la plus importante de nombreuses économies, notamment en Europe continentale, en Chine et en Inde. Samsung, Virgin et Tata, qui opèrent tous dans plusieurs régions et domaines d’industrie, en sont des exemples concrets. Les entreprises du service financier de premier plan telles que Citigroup et HSBC se structurent également comme des groupes, avec une société de portefeuille qui contrôle un ensemble d'entités juridiques exerçant leurs activités dans différents pays.

Le rapport constate que :

  • Les groupes commerciaux diversifiés possèdent leur propre marché intérieur du travail. Cette structure fonctionne souvent de manière horizontale, ce qui permet aux employés d’être réaffectés dans les sociétés membres en réaction aux chocs positifs comme négatifs.
  • Les sociétés membres comptent beaucoup sur le marché intérieur du travail du groupe pour renforcer leurs effectifs lorsqu’une opportunité de croissance se présente (par ex. suite à la sortie du marché d’un principal concurrent). Cet effet est particulièrement fort pour les managers, les ingénieurs et d’autres capitaux humains qualifiés.
  • Lorsque les temps sont durs pour l’une des sociétés membre, et que le licenciement collectif ou la fermeture devient inévitable, on constate un plus grand nombre de salariés de cette société qui sont engagés par des entités plus prospères au sein du même groupe que de salariés qui retournent sur le marché général du travail.
  • Suite à une fermeture ou un licenciement collectif, la part de main-d'œuvre qui se retrouve au chômage est considérablement réduite dans les sociétés appartenant à un groupe par rapport aux sociétés indépendantes.

Le Dr Giacinta Cestone, maître de conférences en finance à la Cass Business School et auteur du rapport, a déclaré : « Les marchés intérieurs du travail fonctionnent comme un mécanisme d’assurance mutuelle pour les groupes commerciaux diversifiés, ce qui leur permet de réduire les coûts de licenciement et de recrutement quand une réorganisation des effectifs est nécessaire. Cela pourrait expliquer la capacité unique du groupe à prospérer face aux obstacles et aux opportunités. Les marchés intérieurs du travail semblent aussi offrir une sécurité d’emploi au personnel des groupes commerciaux. »

Au vu des résultats obtenus par l'auteur, les groupes diversifiés géographiquement présents au Royaume-Uni ainsi qu’en Europe continentale peuvent compter sur leur marché intérieur du travail pour franchir les obstacles d’un Brexit « dur ». Si ces groupes sont dénués de la liberté de déplacement et de l'accès au marché unique, ils peuvent vite réaffecter du capital humain précieux vers leurs filiales européennes. Des sociétés plus petites basées uniquement au Royaume-Uni ne seraient pas en mesure de relever le défi si rapidement.

Les données issues de cette recherche couvrent l’univers des sociétés françaises (les privées comme les cotées), fournissant des données administratives (budgétaires) sur les bilans comptables et les comptes de résultat. Ces informations sont croisées avec une base de données administrative sur l’employeur et les employés (basées sur les rapports obligatoires des employeurs sur le salaire et la position de tout employé assujetti aux impôts). Grâce à cette analyse, les chercheurs ont pu suivre les réaffectations de tous les travailleurs français.

Fondée par les fonds de recherche AXA et la fondation Leverhulme Trust, cette recherche est unique car elle examine des données recueillies au niveau de la société (bénéfices, productivité, profit) associées aux données sur les mouvements ouvriers et, exceptionnellement, la structure de chaque groupe commercial.

The following two tabs change content below.
Consultant innovateur dans le domaine des RH et des TIC, Stéphane Poignant décrypte via sa plateforme, l’impact du digital et du numérique sur la fonction RH. Concepteur, formateur au CEPRECO (CCI de Lille), chez IFOCOP, CESI, PIGIER, il est chargé d'enseignement au CNAM de Lille. Stéphane Poignant a créé et a animé Indice RH, site Média de référence dans les Ressources Humaines durant une dizaine d’années.

Auteur de l’article : universityrh

Consultant innovateur dans le domaine des RH et des TIC, Stéphane Poignant décrypte via sa plateforme, l’impact du digital et du numérique sur la fonction RH. Concepteur, formateur au CEPRECO (CCI de Lille), chez IFOCOP, CESI, PIGIER, il est chargé d'enseignement au CNAM de Lille. Stéphane Poignant a créé et a animé Indice RH, site Média de référence dans les Ressources Humaines durant une dizaine d’années.

Laisser un commentaire