Etude Hired : 66 % des employés recherchent le bonheur au travail et seulement 4 sur 10 déclarent avoir décroché leur emploi de rêve

Etude Hired : 66 % des employés recherchent le bonheur au travail et seulement 4 sur 10 déclarent avoir décroché leur emploi de rêve
Rate this post

Hiredbonheur au travail … Les employés des technologies, de la santé et de l’ingénierie sont les plus susceptibles d’aimer leur travail
81 % des millenials actifs déclarent croire et aspirer au travail idéal
Près de 90 % des adultes actifs qui aiment leur travail pensent qu’il est possible de trouver l’emploi de ses rêves

Paris, le 26 octobre, 2017 — Hired.com, la plateforme de recrutement spécialisée dans les métiers de la technologie a fait appel à Harris Poll pour étudier les facteurs essentiels liés à la notion d’emploi de rêve et au bonheur au travail dans le cadre d’une étude multi-pays incluant les Etats Unis, le Royaume Uni et l’Australie. Les conclusions de l’étude dévoilent les facteurs essentiels qui constituent un emploi idéal.

D’après cette enquête, 4 personnes sur 10, soit 47 % des employés actifs qui déclarent avoir trouvé le travail de leurs rêves. La notion du « job de rêve » domine dans le secteur technologique (53 % des personnes interrogées travaillant dans les technologies déclarent avoir trouvé leur travail de rêve), Mais ce concept n’est pas réservé qu’aux technologies. Les employés des secteurs de la santé (52 %), du transport (49 %) et de l’éducation (47 %) considèrent également leur poste actuel comme idéal.

Sans surprise, 6 personnes sur 10 déclarent que l’élément principal qui les rendrait plus heureuses au travail serait d’être payées plus. Mais au-delà des chiffres, les employés indiquent aussi que si l’entreprise avait une meilleure équipe de direction (44 %) et si leur travail était davantage apprécié de leur manager et leurs collègues (27 %), ils seraient probablement plus heureux au travail.

Les personnes actives interrogées faisant partie de la génération Y, dite des Millennials, âgées de 18 à 34 ans, sont 15 % plus susceptibles que celles de la génération X et des Baby Boomers à croire à la possibilité de l’emploi de rêve. En effet, 81 % de la génération des millenials qui ont participé à l’étude déclarent croire et aspirer au travail idéal alors que seulement 64 % de leurs aînés issus de la génération des baby boomers, agés de 52 ans et plus, ont les mêmes aspirations. Par contre, si plus de 80 % des Millennials déclarent croire en la possibilité de trouver un job de rêve, seuls 47 % déclarent l’avoir trouvé, une proportion identique à leurs homologues Baby Boomers, qui ne s’attendaient pas du tout à trouver un emploi de rêve au départ.

Près de 90 % des adultes actifs qui aiment leur travail pensent qu’il est possible de trouver l’emploi de ses rêves, comparé à seulement 62 % de ceux qui pensent que leur travail « est juste correct » et 52 % de ceux qui ne se plaisent pas dans leur travail actuel. Seuls 7 % des personnes interrogées indiquent détester leur travail actuel. Mais il reste une grande majorité (51 %) d’adultes actifs qui n’est pas totalement convaincue par son travail actuel (ayant répondu que leur travail était « juste correct » à la question sur leur emploi actuel). Dans les faits, 42 % des Américains déclarent qu’ils rêvent de quitter leur poste actuel au moins une fois par mois. La fidélité à l’entreprise s’estompe lorsque l’on quitte les États-Unis : les adultes au Royaume-Uni et en Australie sont plus nombreux à déclarer rechercher activement un emploi (41 % et 39 % respectivement contre 30 % pour les États-Unis).

Il est à noter que, sans surprise, près d’une personne sur deux qui aime son travail n’accepterait pour rien au monde une baisse de salaire, ce qui indique que la sécurité financière et le sentiment d’être apprécié à sa juste valeur font bien partie d’un emploi idéal.

Selon cette étude sur le bonheur au travail, ce sont 50 % des hommes américains et 46 % des australiens interrogés qui sont les plus nombreux à avoir trouvé l’emploi de leurs rêves. Au-delà de cette catégorie apparemment chanceuse, des écarts émergent : les femmes sont moins nombreuses que les hommes à avoir trouvé leur job de rêve : 40 % des femmes interrogées sont tout à fait ou plutôt d’accord avec la phrase : « J’ai déjà trouvé le job de mes rêves », comparé à 46 % des hommes. De plus, le Royaume-Uni se retrouve derrière les États-Unis et l’Australie avec une marge de 12 %, qui correspond à l’optimisme de ce pays sur le concept d’emploi de rêve.

Méthodologie

L’étude sur le bonheur au travail commissionnée par Hired a été réalisée en partenariat avec Harris Poll. Elle a été menée en ligne par Harris Poll pour le compte de Hired. Pendant une période de trois semaines questionnaire a interrogé 2 557 adultes employés à temps plein, âgés d’au moins 18 ans dans les pays suivants : États-Unis (1 517), Royaume-Uni (518) et Australie (522). Les données ont été pondérées là où c’était nécessaire par sexe, âge, origine ethnique, région, éducation, revenus et probabilité d’avoir accès à Internet pour qu’elles respectent les proportions réelles dans les populations concernées.

The following two tabs change content below.
Consultant innovateur dans le domaine des RH et des TIC, Stéphane Poignant décrypte via sa plateforme, l’impact du digital et du numérique sur la fonction RH. Concepteur, formateur au CEPRECO (CCI de Lille), chez IFOCOP, CESI, PIGIER, il est chargé d'enseignement au CNAM de Lille. Stéphane Poignant a créé et a animé Indice RH, site Média de référence dans les Ressources Humaines durant une dizaine d’années.

Auteur de l’article : universityrh

Consultant innovateur dans le domaine des RH et des TIC, Stéphane Poignant décrypte via sa plateforme, l’impact du digital et du numérique sur la fonction RH. Concepteur, formateur au CEPRECO (CCI de Lille), chez IFOCOP, CESI, PIGIER, il est chargé d'enseignement au CNAM de Lille. Stéphane Poignant a créé et a animé Indice RH, site Média de référence dans les Ressources Humaines durant une dizaine d’années.

Laisser un commentaire