Les entreprises françaises sont les plus affectées en Europe par le présentéisme avec 62% de leurs employés qui se présentent au travail même lorsqu’ils sont malades.

Les entreprises françaises sont les plus affectées en Europe par le présentéisme avec 62% de leurs employés qui se présentent au travail même lorsqu’ils sont malades.
Rate this post

fellowsUne nouvelle étude de Fellowes a établi que le présentéisme, à hauteur de 62% en France, constitue l’une des principales menaces pour la productivité des entreprises françaises. 4 000 employés et 500 dirigeants d’entreprises à travers l’Europe ont été interrogés.

Paris, France, 28 avril 2017 : Afin de marquer la Journée mondiale de la sécurité et de la santé au travail, le fabricant de solutions de bureau Fellowes, par le biais une étude, recommande fortement aux dirigeants d’entreprises de s’attaquer au problème croissant du présentéisme observé à travers toute la France.

62% des employés français se rendent en effet au travail alors que leurs performances sont affectées par des problèmes de santé liés à leur emploi. La France, au même titre que l’Espagne (62% également), affichent les pourcentages les plus élevés en Europe. Plus d’un quart des travailleurs (28 %) ont ainsi admis qu’ils avaient déjà envisagé de changer de travail à cause des répercussions de leur environnement de travail sur leur santé.

Le présentéisme pire que l’absentéisme pour l’entreprise

Malgré leurs bonnes intentions, les employés qui se rendent au travail lorsqu’ils sont malades encouragent la tendance croissante du présentéisme en France. Lorsqu’un employé est au travail mais qu’il n’est pas capable de remplir ses fonctions correctement, il compromet sa productivité. De plus, les employés malades fournissent un plus faible travail et prolongent les effets de la maladie au lieu de se mettre en arrêt afin de guérir. Les entreprises subissent alors des conséquences négatives en termes de qualité et de volume de travail effectué, qui elles-mêmes, ont un impact sur les performances globales.

L’étude menée par Fellowes a établi que les employés français sont les plus touchés en Europe : leurs façons de travailler provoquent régulièrement chez eux des douleurs dorsales (41 %), des raideurs dans le cou (24 %) et de la fatigue (24 %).

L’étude des causes de ces problèmes de santé met en évidence le manque de sensibilisation aux bonnes pratiques de travail dans les entreprises. Les mauvaises habitudes que les employés français reconnaissent avoir au travail incluent l’adoption d’une mauvaise posture lorsqu’ils sont assis au bureau (37 %), une hydratation insuffisante durant la journée (38 %) et une position assise pendant de longues périodes sans prendre de pause (36 %). Malheureusement, de tels problèmes de santé affectent le volume de travail quotidien que les employés sont capables de réaliser. En effet, 15% des employés déclarent qu’ils font régulièrement des heures supplémentaires ou travaillent le weekend afin de récupérer le retard accumulé. Ceci peut entraîner une diminution de la motivation des employés et donc une perte supplémentaire de concentration sur leur travail.

La nécessité d’une approche préventive plus que réactive de la direction

Pour les dirigeants d’entreprise en France, le présentéisme représente une inquiétude grandissante. L’étude de Fellowes montre en effet que les hauts dirigeants français sont les plus soucieux du bien- être de leurs employés par rapport au reste de l’Europe : améliorer l’état d’esprit (55% d’entre eux), accroître la productivité (42 %) et optimiser la qualité du travail (41 %) sont leurs priorités. Malgré tout, seul 1 employé sur 4 (27 %) sait que son employeur met à sa disposition des solutions de santé et de bien-être afin de résoudre ses problèmes : il s’agit du taux le plus bas d’Europe. De plus, la moitié de la main-d’œuvre française (48 %) a le sentiment que les employeurs ne font pas assez d’efforts pour encourager le bien-être.

Pour résoudre ce problème qui devient de plus en plus important, les employeurs doivent adopter une approche préventive sur du long terme ayant pour but de faire disparaître les mauvaises pratiques de travail plutôt que de réagir dans l’urgence avec des solutions de fortune. La solution paraît évidente lorsqu’on constate que 55 % des employés affirment qu’ils resteraient plus longtemps dans leur entreprise actuelle si leur bien-être était mieux pris en compte. Les employeurs ont donc d’excellentes raisons de se pencher sur les causes des problèmes de santé liés au travail s’ils souhaitent que leur personnel s’épanouisse, soit plus motivé et donc plus productif.

Virginie Lacure, Responsable Marketing des Produits d’ergonomie Fellowes explique :

« Nos conclusions montrent que la façon dont les entreprises promeuvent le bien-être et la productivité au travail est complètement inadaptée. En effet, elles ignorent totalement les causes et les conséquences de la culture du présentéisme au travail. L’absentéisme fait déjà perdre l’effarante somme de 73 milliards d’euros par ani aux entreprises européennes, les employeurs ne peuvent tout simplement pas ignorer les répercussions du problème croissant du présentéisme. Les employés heureux et en bonne santé fournissent un travail de meilleure qualité dont les bénéfices pour l’entreprise sont bien trop importants pour être ignorés.»

À travers l’Europe, 74 % des hauts dirigeants considèrent que proposer des initiatives qui encouragent la santé et le bien-être permettraient à leur entreprise d’attirer les meilleurs employés. Parmi ces initiatives, on peut citer la mise à disposition de produits ergonomiques qui contribueraient à l’adoption d’une bonne posture au bureau tels que les repose-pieds, supports dorsaux, repose-poignets ou encore supports pour moniteurs. Près de deux tiers (65 %) des responsables pensent également que leurs équipes seraient plus motivées et dynamiques si leur environnement de travail immédiat était amélioré par l’installation de postes de travail Assis/Debout. De plus, ils ont déterminé que cela réduirait l’absentéisme (58 %) car les employés seraient encouragés à incorporer plus de mouvement dans leur journée de travail et leur santé en serait donc améliorée. « Des outils existent afin d’aider les dirigeants d’entreprises à résoudre le problème du présentéisme, et éviter l’apparition de problèmes de santé liés aux conditions de travail qui affectent la qualité du travail et la productivité. Il est temps que les dirigeants mettent en marche un mouvement aux bénéfices potentiellement immenses pour leur entreprise, » conclut Mme Lacure.

À propos de l’étude L’étude a été commandée par Fellowes et menée par le cabinet international de recherches Loudhouse. Elle s’est déroulée en février 2017. 4 033 employés et 526 employeurs ou dirigeants d’entreprises européens ont répondu à un questionnaire en ligne. Les personnes interrogées vivaient au Royaume-Uni, aux Pays-Bas, en France, au Danemark et en Espagne. 25 entretiens téléphoniques plus approfondis ont également été menés auprès d’acheteurs et de spécialistes en produits ergonomiques. Au sujet de Fellowes Brands™ Fellowes Brands™ propose une large gamme d’équipements de bureau comprenant des destructeurs de documents, des purificateurs d’air, des relieuses, des plastifieuses, des accessoires d’aménagement du poste de travail et des solutions d’archivage.. Fondée en 1917 par Harry Fellowes à Itasca dans l’Illinois (États-unis), Fellowes emploie plus de 1 200 personnes à travers le monde et opère dans 20 pays. Les produits Fellowes sont commercialisés dans plus de 100 pays à travers le monde. Pour plus d’information, rendez-vous sur http://www.fellowes.com/fr

Etude Fellowes : Février 2016

 

The following two tabs change content below.
Consultant innovateur dans le domaine des RH et des TIC, Stéphane Poignant décrypte via sa plateforme, l’impact du digital et du numérique sur la fonction RH. Concepteur, formateur au CEPRECO (CCI de Lille), chez IFOCOP, CESI, PIGIER, il est chargé d'enseignement au CNAM de Lille. Stéphane Poignant a créé et a animé Indice RH, site Média de référence dans les Ressources Humaines durant une dizaine d’années.

Auteur de l’article : universityrh

Consultant innovateur dans le domaine des RH et des TIC, Stéphane Poignant décrypte via sa plateforme, l’impact du digital et du numérique sur la fonction RH. Concepteur, formateur au CEPRECO (CCI de Lille), chez IFOCOP, CESI, PIGIER, il est chargé d'enseignement au CNAM de Lille. Stéphane Poignant a créé et a animé Indice RH, site Média de référence dans les Ressources Humaines durant une dizaine d’années.

Laisser un commentaire