Code du travail

Code du Travail : les responsables RH et leur perception des réformes d’Emmanuel Macron en matière de droit du travail

Spread the love
Code du Travail : les responsables RH et leur perception des réformes d’Emmanuel Macron en matière de droit du travail
5 (100%) 1 vote

Code du Travail – Une étude exclusive Harris Interactive pour Liaisons sociales / Wolters Kluwer*

Paris, le 17 mai 2018 – La réforme du Code du Travail, qui apparaît comme l’un des grands marqueurs de la première année du quinquennat d’Emmanuel Macron, a été l’occasion de nombreux débats, suscitant les espoirs des uns et les craintes des autres. Mais concrètement, dans l’entreprise, comment est-elle vécue au quotidien ?

Pour Liaisons sociales quotidien et Wolters Kluwer, Harris Interactive a interrogé les responsables RH des entreprises de 10 salariés et plus afin de connaître leur opinion sur les ordonnances Macron et les changements concrets qu’ils entrevoient aujourd’hui pour leur entreprise. « D’une manière générale, ils ont une impression positive sur ces réformes, mais ne les perçoivent pas forcément comme pouvant être appliquées à court terme, dans leur entreprise », résume Rachel Brunet, rédactrice en chef de Liaisons sociales quotidien chez Wolters Kluwer.

Une politique approuvée pour sa philosophie générale mais encore peu concrétisée

Quel que soit le jugement subjectif à l’égard de ce nouveau Code du Travail, et nonobstant leur avis positif ou négatif, les responsables RH s’accordent sur le principe de « changement » qu’il doit apporter. Ils citent en ce sens différentes mesures tels que le regroupement des délégués du personnel, du comité d’entreprise et du CHSCT en une seule instance, le CSE (Comité Social et Economique), la rupture conventionnelle collective, ou encore la simplification des licenciements.

Même s’ils expriment quelques réticences, les responsables RH estiment de manière très nette que les mesures prises dans la réforme du Code du Travail vont dans le bon sens (74% et jusqu’à 88% dans les entreprises de 250 salariés et plus). Tous désignent majoritairement les différents points de la réforme comme de « bonnes choses », mettant au premier plan le plafonnement des indemnités prud’homales et la simplification de la procédure de licenciement (89%), l’assouplissement des règles de licenciement économique (82%), la possibilité étendue de négocier des accords dans l’entreprise en l’absence de délégués syndicaux (81%) ou de renégocier le statut collectif par accord d’entreprise (78%).

S’ils se montrent plutôt bienveillants à l’égard de ces réformes, la grande majorité des responsables RH estiment qu’ils n’y auront pas recours au cours des mois à venir : quelle que soit la mesure, moins de 3 responsables RH sur 10 déclarent l’envisager ou y avoir déjà eu recours. Ces réformes emportent donc un succès d’estime mais n’apparaissent pas massivement comme des solutions concrètes et immédiatement utilisables. On note tout de même que certaines séduisent davantage les entreprises, comme la possibilité étendue de négocier des accords dans l’entreprise sans délégués syndicaux (30% envisagent d’avancer en ce sens au cours des prochains mois ou l’avoir déjà fait), la fusion des différentes instances du personnel (28%), la simplification du recours au télétravail (25%) ou le plafonnement des indemnités prud’homales (24%).

On peut ainsi tirer de premières conclusions quant à la perception des différentes mesures du gouvernement par les responsables des ressources humaines. Tout en validant l’orientation générale de ces réformes (elles vont dans le bon sens, 74%, voire redonnent confiance en l’avenir, 59%), les responsables RH n’envisagent pas une concrétisation immédiate ni des impacts directs sur leur politique d’entreprise.

Réformes : quels impacts perçus sur la politique de l’entreprise ?

Perception positive et réception favorable quoiqu’encore peu concrétisée, la réforme du Code du Travail semble favoriser la confiance des entreprises. Jusqu’à avoir une influence sur leur politique d’embauche ? La facilitation de l’embauche et de l’entrée en emploi pour les Français, présentée comme la contrepartie de mesures favorables à plus de souplesse pour les entreprises, semble plutôt envisageable pour une partie des responsables RH. La mesure qu’ils désignent la plus susceptible de les inciter à embaucher est ainsi la réforme de l’apprentissage (55%), avant même la sécurisation juridique des procédures de licenciement (45%), l’assouplissement des règles en matière de licenciement économique (43%) ou le plafonnement des indemnités prud’homales (37%). Si bien qu’au final, 68% des responsables RH des entreprises déclarent qu’au moins une de ces mesures les encourage à embaucher.

Si les réformes semblent favoriser, du moins en déclaratif, un climat d’embauche au sein des entreprises, leurs responsables RH ne témoignent pas d’un sentiment de bouleversement profond de leurs pratiques actuelles en matière de politique salariale. Au total, pour les différentes mesures citées, un peu moins d’un tiers des entreprises envisage des changements « importants » de leur politique salariale suite à la mise en place de ces réformes, légèrement davantage cependant parmi les entreprises de 250 salariés ou plus, qui envisagent d’ailleurs le plus d’y avoir recours.

Réformes à venir : quelle préparation pour les entreprises ?

Annoncé pour le 1er Janvier 2019, le prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu – réforme développée au cours du quinquennat précédent et continuée par le gouvernement Macron – semble encore un vrai enjeu organisationnel pour les entreprises. Seules 10% d’entre elles se déclarent bien préparées et 41% en cours de préparation, portant à 51% le nombre d’entre elles qui ont au moins commencé à entreprendre des démarches en ce sens.

De même que la mise en place du prélèvement à la source, la future réforme de la formation professionnelle doit encore faire du chemin auprès des responsables RH des entreprises françaises. Actuellement, 59% déclarent en avoir déjà entendu parler, dont seuls 15% pensent savoir exactement ce dont il s’agit. Si la proportion de responsables RH qui déclare en avoir entendu parler est plus grande dans les entreprises de 20 salariés ou plus (68%), on note tout de même un manque d’information global sur ce sujet pourtant majeur dans la vie des salariés et des entreprises. Par ailleurs, on observe que les responsables RH qui ont déjà entendu parler de la réforme de la formation professionnelle en ont un avis mitigé : seulement un peu plus de la moitié estime qu’elle aura une influence positive sur la compétitivité des entreprises françaises.

* Enquête réalisée par téléphone du 5 au 24 avril 2018. Échantillon représentatif de 301 responsables des questions RH (directeurs des ressources humaines, chefs d’entreprise, etc.) au sein d’entreprises de 10 salariés et plus. Méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes : taille, secteur d’activité, et région d’implantation de l’entreprise.

A propos de Harris Interactive

Harris Interactive France est un acteur historique du marché des études.

Dirigé par ses fondateurs Nathalie Perrio-Combeaux et Patrick Van Bloeme, l’institut propose des approches innovantes, qualitatives et quantitatives, en France comme à l’international. Animé par l’énergie de la passion, porté par l’innovation et convaincu que le marché est en pleine mutation, Harris Interactive accompagne ses clients face à leurs nouveaux challenges et repense avec eux le métier des études.

Depuis juillet 2014, Harris Interactive Europe (regroupant Harris Interactive France, Allemagne et UK) a rejoint ITWP permettant ainsi à ce groupe international d’étendre sa présence dans la filière études.

Suivez l’actualité de Harris Interactive sur www.harris-interactive.fr, Facebook, Twitter et LinkedIn.

A propos de Wolters Kluwer

Avec une offre de documentation et veille juridique, logiciels juridiques, annonces & formalités légales et formation & conférences, Wolters Kluwer intervient en France dans les domaines du droit et des ressources humaines, via des marques reconnues telles que Lamy, Liaisons sociales, ou encore Kleos. Le chiffre d’affaires du groupe Wolters Kluwer est de 4,4 milliards d’euros en 2017. Le groupe est implanté dans plus de 40 pays, pour des clients de plus de 180 pays. Il emploie environ 19 000 collaborateurs. Le siège du groupe est à Alphen aan den Rijn aux Pays-Bas. L’action est cotée sur Euronext Amsterdam (WKL) et fait partie des indices AEX et Euronext 100. Wolters Kluwer dispose d’un programme d’ADR (American Depositary Receipt Program) parrainé de niveau 1, sur le marché hors-cote aux USA (WTKWY).

Pour plus d’information, connectez-vous à wolterskluwerfrance.fr ou suivez notre fil d’info @WoltersKluwerFr sur twitter ou le site wolterskluwer.com pour suivre l’actualité de notre groupe dans le monde.

The following two tabs change content below.
Consultant innovateur dans le domaine des RH et des TIC, Stéphane Poignant décrypte via sa plateforme, l’impact du digital et du numérique sur la fonction RH. Concepteur, formateur au CEPRECO (CCI de Lille), chez IFOCOP, CESI, PIGIER, il est chargé d'enseignement au CNAM de Lille. Stéphane Poignant a créé et a animé Indice RH, site Média de référence dans les Ressources Humaines durant une dizaine d’années.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.