langue étrangères

Back to Work : et si on apprenait à se tromper ? ( Enquête Babbel )

Back to Work : et si on apprenait à se tromper ? ( Enquête Babbel )
5 (100%) 1 vote

… 40% des utilisateurs français de Babbel ont déjà renoncé à postuler à une offre d’emploi car ils ne parlaient pas la langue requise.

Pour les petits comme pour les plus grands, le mois de septembre rime avec rentrée. Nouvel emploi, promotions internes, désir d’évolution…. cette période de l’année est propice aux bonnes résolutions, notamment en matière d’apprentissage de langues ! Alors que 40% des utilisateurs français de Babbel affirment avoir déjà renoncé à un emploi pour défaut de maîtrise de la langue requise*, les experts Babbel, livrent ici les bonnes pratiques pour s’améliorer en langues rapidement. Le mot d’ordre ? Se tromper ! Explications.

Babbel

Bafouiller, baragouiner, cafouiller : la recette du succès?

La hantise des Français à l’idée de mal prononcer un mot étranger semble bien ancrée dans les mœurs. Et le monde du travail n’échappe pas à la règle : la peur du ridicule prédomine. Et pourtant, quelque soit la catégorie socio-professionnelle concernée, les travailleurs sont de plus en plus amenés à parler une langue étrangère au bureau. Une enquête Babbel, réalisée auprès de 1 200 de ses abonnés français, révèle que les langues « business » sont les plus plébiscitées : 51,4%, des sondés apprennent l’anglais, 22,6 % l’espagnol et 11,3% l’allemand. Entre une « conf calll » avec les Etats-Unis, un déjeuner avec un important client sud-américain, ou une réunion avec un partenaire berlinois, pas toujours facile de prendre la parole en public dans une langue qui n’est pas la sienne.

Caroline Paboeuf, experte en linguistique Babbel explique : « Trompez-vous ! Il faut faire des erreurs pour se rendre compte de ses défauts et ainsi avoir des pistes d’améliorations. C’est en pratiquant qu’on se rend compte des approximations de prononciation, en identifiant les sons qui nous demandent le plus d’effort et donc, ceux à travailler. Parler à quelqu’un permet de progresser rapidement car nous avons tous tendance à imiter ce que l’on entend ». Après tout, le ridicule ne tue pas ! Si ?

« Do you have pain ? » : quand les faux amis deviennent de vrais amis

Lors de leur apprentissage, les langues étrangères représentent des pièges et des inconnus parfois difficiles à déjouer et/ou intégrer. Entre les faux-amis, les mots imprononçables ou ceux impossibles à retenir, restituer son savoir lors d’une conversation peut vite s’avérer ardu voire frustrant. Et pourtant ! « L’apprentissage passif joue un rôle important. Entendre des mots que l’on ne comprend pas est très utile car lorsqu’on les rencontrera plus tard dans son apprentissage, on les mémorisera d’autant plus vite » souligne Caroline Paboeuf.

Alors que 77% des utilisateurs français de l’application Babbel déclarent apprendre une langue pour améliorer leur confiance en eux, ce qu’il faut garder en tête, c’est que si l’on se trompe, ce n’est pas grave. A la manière d’un moyen mnémotechnique, le cerveau intégrera l’erreur avec peut-être, à la clé, un bon fou rire avec ses collègues.

Ne pas oublier : « French accent is so sexy » !

Par ailleurs, selon une étude réalisée par l’application d’apprentissage des langues Babbel auprès de plus de 15 000 utilisateurs du monde entier,**, l’accent français arrive largement en tête des accents jugés les plus sexy par les étrangers ! Il est notamment considéré comme tel par 63% des Australiens, juste devant les Italiens (47%) et les Américains (43%). De quoi se sentir en confiance si l’on souhaite prendre la parole donc !

« Prendre part à des discussions, même en faisant des erreurs, est le meilleur moyen pour enrichir son vocabulaire. Cela permet également de mieux comprendre dans quel contexte utiliser certaines expressions. Les locuteurs natifs sont toujours ravis de voir la motivation de leurs interlocuteurs et plus enclins à les intégrer dans leurs conversations » insiste Caroline Paboeuf.

La solution est donc de se jeter à l’eau, de ne pas redouter son accent français, qui, au vu des chiffres peut même procurer un avantage certain si l’on souhaite convaincre voire charmer son interlocuteur !

En conclusion, il faut s’exprimer, se tromper, recommencer et surtout ne pas s’inquiéter de son image auprès de ses clients ou collaborateurs. Si malgré tout, la peur du ridicule se fait toujours sentir, il ne faut pas oublier une chose importante que nous rappelle l’experte : « En entendant un accent étranger les gens auront tendance à être plus indulgents et ils apprécieront l’effort fourni pour parler dans leur langue ». Alors let’s go, vamos, lass uns gehen !

Métholologie de l’enquête :

*Cette enquête Babbel a été réalisée en juillet 2017 auprès de 1200 utilisateurs français.

** Source Babbel, Août 2017.

Plus d’informations disponibles sur www.Babbel.com

The following two tabs change content below.
Consultant innovateur dans le domaine des RH et des TIC, Stéphane Poignant décrypte via sa plateforme, l’impact du digital et du numérique sur la fonction RH. Concepteur, formateur au CEPRECO (CCI de Lille), chez IFOCOP, CESI, PIGIER, il est chargé d'enseignement au CNAM de Lille. Stéphane Poignant a créé et a animé Indice RH, site Média de référence dans les Ressources Humaines durant une dizaine d’années.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.