100 verbatims sur … le E-learning et le Digital Learning

DigitalLearning
100 verbatims sur … le E-learning et le Digital Learning
5 (100%) 1 vote

Interrogeons ici le digital learning plutôt que le E-learning qui correspond au simple fait d’apprendre par ordinateur interposé. Le digital learning est plus vaste et son évolution traduit autant des modalités et dispositifs toujours plus nombreux que des attitudes et des modes d’apprentissage en plein chamboulement.

100 verbatims Digital Learning

1. Nous assistons en matière de Digital Learning à une diversification des méthodes d’apprentissage
2. Le Blended learning est le dispositif qui a de plus en plus la cote.
3. Ne pas oublier qu’en matière de Digital Learning, le fond prime sur la forme.
4. Les apprenants ont peu de temps disponible et consomment la formation.
5. Les interactions sociales favorisent l’apprentissage plus que la formation traditionnelle.
6. Former à l’ère du digital correspond à deux évolutions : changement technologique et renouvellement des modes d’apprentissage
7. L’approche Formation est impactée par le digital.
8. Avec le Digital, la formation a entamé une révolution d’ordre technologique et pédagogique
9. Via le Digital, la formation a pu évaluer les campagnes de formation
10. Le processus de formation s’est lui même transformé grâce au digital Learning
11. Avec le Digital, la connaissance devient gratuite, disponible et téléchargeable à l’infini
12. La formation informelle gagne ses lettres de noblesse
13. Pour résumer, l’impact du digital sur la formation concerne autant la technologie que les modes d’apprentissage
14. Le partage de la connaissance mutualisée côtoie une individualisation des usages
15. Une enquête récente démontre que les Responsables Formation éprouvent des difficultés pour digitaliser leurs dispositifs
16. Avec les MOOC nous assistons à une disruption du modèle traditionnel du stage
17. Il ne faut pas confondre Inventions technologiques et Innovations sociales : le E-learning doit être piloté pour construire une socialisation
18. Il ne faut pas croire qu’il existe une pulsion naturelle vers le savoir numérique : n’oubliez pas de marketer vos ressources

Formez vous au Digital Learning à partir du 18 Septembre 2017

19. Il ne faut pas penser que le e-learning soit naturellement 2.0 : sans animation, sans community management il n’y aura aucun impact du E-learning
20. Il ne faut pas privilégier l’outil aux usages en matière e-learning
21. L’impact du digital sur la formation correspond par exemple à une accélération du progrès dans les technologies de traduction simultanée
22. On assiste à une évolution de la relation au client avec l’essor de la co-conception
23. Impact du digital sur la formation : Evolution inévitable des pratiques et des attentes en matière de formation et d’apprentissage
24. Impact du digital sur la formation correspond aussi l’émergence d’un nouveau modèle d’affaires et arbitrage entre gratuit et payant
25. Avec la formation à distance, l’apprenant bénéficie d’une grande flexibilité de choix ce qui le responsabilise et le motive
26. De plus en plus d’entreprises déploient un LMS pour aiguiller les collaborateurs vers les formations qui leur correspondent et administrer toutes les données liées à la formation
27. Digitaliser la formation c’est aussi mettre en place des indicateurs de la stratégie Digital Learning pour mesurer les avancées
28. Digitaliser la formation c’est documenter, actualiser la stratégie Digital Learning chaque année
29. Digitaliser la formation peut revenir à intégrer en permanence de nouvelles fonctionnalités et de nouveaux outils avec le risque de s’y perdre
30. En matière de digital learning, le distanciel n’est pas l’ennemi du présentiel mais juste un moyen de plus à disposition des formateurs
31. La mise en place du e-learning coûtera 30 % de plus que l’équivalent présentiel la première année, mais se traduira par la suite par des économies de 30 % dès la deuxième année, puis près de 40 % la troisième année.
32. Il est possible d’objectiver les coûts de mise en place d’un e-learning par comparaison avec le présentiel sans toutefois mesurer l’impact scientifique sur la productivité
33. L’impact du digital sur la formation correspond aussi à un renforcement du caractère capitalistique de l’activité
34. La formation via le digital évolue en parallèle à la profonde transformation du marché du travail
35. L’apport des écoles et universités reste essentiel dans le cadre d’un MOOC est essentiel mais il ne faut pas négliger l’aspect valorisation
36. L’approche blended learning est privilégiée d’abord avec un COOC ou un MOOC pour poser les fondamentaux ensuite avec du présentiel pour aller plus en profondeur
37. La digitalisation de la formation est tout sauf un effet de mode : il est logique que la formation ajuste ses contenus et ses supports au rythme des évolutions numériques
38. La formation est un réel levier de conduite du changement, quelle que soit la manière de la délivrer
39. La formation à distance permet à l’apprenant de piloter sa formation en toute autonomie
40. La qualité de l’apprenant est essentielle pour que le E-learning et la satisfaction des apprenants soient présentes
41. Le ROI du e-learning est composée de 5 éléments : mise en place de la plateforme technologique, coûts de conception, coûts de réalisation, frais de logistique, frais de déplacement et mobilisation des personnels impliqués.
42. Le blended learning est un mix entre formation présentielle et digital learning
43. Le e-learning n’est pas suffisant pour digitaliser la formation des collaborateurs
44. Les MOOC remettent en cause le prix d’accès à la formation
45. Les conditions de réussite d’une formation en distanciel comme en présentiel s’appuient sur les mêmes fondamentaux expliqués par les neurosciences
46. Les entreprises optent pour le mode SaaS pour leur LMS et se dotent d’un seul LMS au niveau groupe
47. Les organisations adoptent le Digital Learning avec un ou plusieurs objectifs métiers : formation initiale, prise en main de nouveaux outils et persistance de la connaissance
48. Les organismes de formation doivent être capables de mesurer la création de valeur suite à une formation et lier un investissement en formation avec une performance opérationnelle
49. L’e-learning a une vision de l’apprenant actif et acteur de sa formation qui suit sa progression et choisit les supports de son choix
50. L’e-learning est un outil complémentaire à la formation présentielle via le blended learning
51. L’e-learning peut aussi proposer la présence d’un tuteur qui se charge d’animer la communauté d’apprenants
52. L’e-learning suppose de bien préparer la formation pour optimiser l’engagement de l’apprenant et de choisir les bons dispositifs
53. L’e-learning valide par l’interaction une bonne compréhension d’une session physique à l’aide d’un test ou d’une évaluation
54. Ne pas piloter la learning data c’est refuser l’engagement de l’apprenant vers une transformation de ses connaissances en compétences
55. Nous assistons non pas à la fin du présentiel mais à un présentiel augmenté
56. Nous assistons aussi à l’émergence d’un consommateur « grand public » d’une offre de formation professionnelle nouvelle
57. On peut prédire le ROI du Digital Learning en calculant le coût engagé par comparaison avec une formation présentielle classique.
58. Pour améliorer le ROI du E-learning, les entreprises doivent travailler sur la persistance de la connaissance et améliorer l’efficacité opérationnelle en formant de plus en plus vite les collaborateurs
59. Pour le formateur Digital, exploiter le modèle SAMR ( substitution / Augmentation / Modification / Redefinition ) constitue un bon repère pour progresser individuellement dans les usages pédagogiques du digital.
60. Pour que le E-learning soit une réussite et que la satisfaction des apprenants soit une réalité il faut de l’interaction via le social learning
61. Pour la réussite d’un projet de Digital Learning, il faut à la fois des contenus de qualité, un système de qualité, du tutorat de qualité et une bonne Qualité du service sans oublier une pédagogie de qualité
62. Se focaliser sur le seul coût des licences et de support pour le déploiement d’un LMS en SaaS est une erreur : il faut tenir compte des coûts amont et aval
63. Une plateforme de formation crée une nouvelle posture pour l’apprenant et le formateur
64. Une plateforme de formation doit être constamment alimentée en contenus de formation par les formateurs et les apprenants
65. Le e-learning n’est il pas passé à coté du phénomène des applications mobiles ?
66. Les entreprises ne s’engagent pas dans le domaine des applications mobiles pour la formation alors que ces nouveaux territoires ont été investis par les apprenants
67. Le principe des Applications est pédagogiquement plus efficace dans le domaine de la formation ce qui doit pousser les responsables de formation à devenir un Veilleur d’applications
68. La boulimie d’apprentissage en ligne de la part d’apprenant a besoin de se construire dans le temps .. cette désintermédiation se traduit par une … nécessaire réintermédiation pour resituer les apprentissages dans une stratégie globale
69. Nous assistons à une montée en puissance de l’évaluation dans l’usage des plateformes LMS avec comme outil historique : le quiz d’évaluation
70. Le Quiz d’évaluation a de plus en plus de puissance pédagogique lorsqu’il est synonyme d’interactivité entre les apprenants eux mêmes, entre l’apprenant et le système
71. L’évaluation est utile pour offrir un lien entre la formation et sa mise en application afin que le continuum formation-opérations soit assuré
72. L’évaluation présente un fort potentiel de performance pédagogique
73. Les LMS sont devenus de véritables outils de pilotage de la formation, de la gestion des compétences et des carrières et se présentent sous la forme de plateformes de formation en ligne gérant autant les formats distanciel
74. L’enjeu des LMS (Learning Management System) concerne le pilotage de la formation avec une partie learning, brique de base des LMS, une autre dimension SIRH avec la gestion des talents et une partie budgétaire et pourquoi pas demain une partie RSE ?
75. La réussite d’un LMS implique d’y associer toutes les parties prenantes : les fonctions internes impactées par le projet mais aussi les managers et les décideurs dont les réflexions portent à la fois sur les utilisateurs et usages du LMS
76. Le numérique étant au coeur de la transformation des entreprises, faut- il pour autant développer la fonction de Chief Elearning Officer (CEO) ?
77. Le responsable E-learning est une révolution qui suppose de passer d’une formation fonction de l’offre à une formation fonction de la demande avec un apprenant au centre au centre des dispositifs
78. Le responsable E-learning devra aussi gérer d’autres chantiers comme le pilotage des connaissances, des compétences et des talents
79. La réflexion autour du responsable E-learning n’est pas une question de fins mais de moyens : commençons par définir en quoi le numérique peut constituer un progrès pour les apprenants.
80. Evaluer le coût des nouveaux dispositifs de formation dépend d’abord des modèles de coûts que vous aurez choisi : par apprenant, par apprenant actif, par utilisation, selon une licence à durée déterminée ou illimitée, avec de l’Open Source
81. Le digital learning génère des économies de l’ordre de 20 % par des réductions sur : les frais liés aux formateurs, la logistique, le matériel pédagogique et la possibilité de personnaliser le contenu des formations
82. Le Digital learning pour mesurer son ROI doit prendre en compte les coûts cachés comme par exemple le manque d’engagement des apprenants
83. Face à une information de plus en plus fragmentée et décentralisée, la formation s’adapte en proposant des séquences fragmentées d’apprentissage
84. Des outils innovants comme la réalité virtuelle ou augmentée permettent aux apprenants d’acquérir des compétences plus facilement et d’améliorer l’expérience apprenant
85. Les outils de formation sont de plus en plus adaptés aux nouveaux usages comme le mobile qui permet d’apprendre quand bon te semble
86. On note le rôle croissant du mobile avec un usage des applications de plus en plus tardif ( 18h / 19h)
87. La formation via mobile est un format qui peut se compléter par des contenus accessibles sur desktop.
88. Des outils web et mobile ne menacent pas pour autant le présentiel car celui ci est adapté pour le développement personnel et la communication
89. Des outils web et mobile ne menacent pas le présentiel car n’oublions pas que les apprenants cherchent à accéder à des formations autant pour les savoirs, les compétences que pour le networking
90. Si la formation couvre aujourd’hui bien la partie technique et informationnelle, elle se développera sur l’intelligence émotionnelle et les soft skills dans les années à venir
91. Par le digital, la formation permet de simuler de plus en plus de contextes professionnels via notamment la réalité augmentée et virtuelle

The following two tabs change content below.
Consultant innovateur dans le domaine des RH et des TIC, Stéphane Poignant décrypte via sa plateforme, l’impact du digital et du numérique sur la fonction RH. Concepteur, formateur au CEPRECO (CCI de Lille), chez IFOCOP, CESI, PIGIER, il est chargé d'enseignement au CNAM de Lille. Stéphane Poignant a créé et a animé Indice RH, site Média de référence dans les Ressources Humaines durant une dizaine d’années.

Laisser un commentaire